Mise à mort de SOS Éducation : Le Figaro dénonce ce scandale !

SOS Éducation > Actualités > Actualités Publications > Mise à mort de SOS Éducation : Le Figaro dénonce ce scandale !
Posté par : SOS Éducation 22 septembre 2022 Aucun commentaire

Chère amie, Cher ami,

Dans un État de droit, un gouvernement peut-il tenter de faire taire, par asphyxie financière, une association qui assène des vérités qui dérangent ?

Eh bien, en France, en 2022, OUI !

Après plus de 3 années de contrôles insensés autant qu’excessifs, Bercy a infligé à SOS Éducation une amende spoliatrice et juridiquement infondée de plus d’un million et demi d’euros, avec pour objectif de vider les comptes de l’Association.

La raison ? SOS Éducation n’agirait pas dans le champ éducatif, alors que les associations idéologiques qui interviennent dans les écoles, elles, SI…

Aujourd’hui c’est SOS Éducation qui a la tête sur le billot. Ce sera qui demain ?

La parole gouvernementale ne supporte pas la contradiction, pas plus qu’une analyse objective et constructive des politiques éducatives, dans l’intérêt supérieur des enfants.

Paul Sugy, journaliste pour Le Figaro, a souhaité alerter sur ce scandale.
Bravo et merci à lui de le faire éclater au grand jour !

Découvrez sans plus tarder cet article qui explique la situation de SOS Éducation, invraisemblable dans un État de droit, en cliquant ici.

Grâce à votre soutien et à votre générosité, nous espérons pouvoir continuer à nous battre pour défendre une école :

  • qui instruit,
  • qui place l’intérêt supérieur de l’enfant en priorité absolue,
  • qui respecte l’autorité parentale,
  • et qui restaure l’autorité de ses professeurs.

SOS Éducation agit chaque jour pour améliorer le système éducatif, et nos combats récents ne sont pas passés inaperçus.

Il faut le dire, nos actions dérangent le pouvoir en place.

Nous défendons l’autorité parentale. Oui, les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants ! L’État n’a pas vocation à éduquer, mais le devoir d’instruire.

Nous avons tapé fort pour protéger la langue française en nous opposant fermement à l’écriture inclusive, et obtenu par une circulaire son interdiction dans l’enseignement.

Nous sommes pleinement mobilisés pour protéger les enfants de l’idéologie transgenre qui a infiltré les écoles, faisant croire aux enfants qu’il est possible et facile de choisir son sexe, ou de s’asexuer, en fonction de son « ressenti » de genre, se référant alors aux stéréotypes les plus étroits et les plus caricaturaux.

Nous refusons que les enfants scolarisés en France soient pris en charge par des enseignants recrutés en 5 minutes sans validation de leurs compétences académiques, et/ou formés en 4 jours dont 2 seulement dédiés aux méthodes pour apprendre à lire, écrire, compter, raisonner.

Nous ne nous résignons pas à ce qu’enseignants et élèves soient en danger à l’École parce qu’il n’y a plus aucune autorité et que les fauteurs de troubles piétinent le règlement intérieur en toute impunité.

Quotidiennement, des parents et des enseignants confrontés à des situations ubuesques émanant de la mégastructure Éducation nationale nous contactent. Nous les conseillons et portons leur voix pour dénoncer ce système scolaire kafkaïen qui implose littéralement.

Force est de constater, notamment à travers nos derniers rendez-vous au ministère et à l’administration centrale de l’Éducation nationale, que nos mobilisations pour améliorer l’École ne plaisent pas !

SOS Éducation n’a jamais touché un centime d’euro de fonds publics, ce qui nous permet une parole totalement libre. C’est évident, cela énerve.

Là est notre force et notre engagement. Notre parole, c’est avant tout la vôtre !

Vous êtes plus de 125 000 sur les 3 dernières années à avoir signé une pétition de SOS Éducation, à avoir participé à une consultation sur un enjeu éducatif important, à avoir apporté votre soutien financier à SOS Éducation.

Nous savons que les temps sont difficiles, mais si chacun peut faire un geste, à sa mesure, SOS Éducation pourra poursuivre son noble combat, et conserver sa liberté de parole.

Face à l’acharnement dont l’association est l’objet et afin de nous aider à poursuivre notre mission dans l’intérêt supérieur des enfants et de la société, vous pouvez, vous aussi, rejoindre les soutiens de l’Association : rendez-vous sur notre page de dons sécurisée en suivant ce lien !

Priorité à l’éducation !

signature sophie auduge

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

P.S. : Vous pouvez aussi découvrir ma dernière intervention pour Le Figaro, dans laquelle je dénonce les ABCD de l’égalité et le transactivisme à l’École. Cliquez ici pour y accéder :

Laisser un commentaire

*

code