Bac 2021 - encore des inégalités de traitement entre les lycéens ?

SOS Éducation > Actualités > Actualités Mobilisations > Bac 2021 – encore des inégalités de traitement entre les lycéens ?
Posté par : SOS Éducation 2 mars 2021 Aucun commentaire

Chère amie, Cher ami,

Les parents de Pierre1 ont sollicité l’aide de SOS Éducation.
Pierre est un jeune garçon extrêmement méritant, dont la situation de handicap a fortement limité la possibilité de son inclusion en milieu scolaire. C’est pour cela que Pierre suit les cours d’un établissement privé d’enseignement à distance.

En classe de 1ère, Pierre est pourtant un élève compétent, motivé, courageux et très travailleur. Passionné d’histoire, de langues étrangères, de littérature et de sciences politiques, il se projette dans des études supérieures.

Les parents de Pierre ne comprennent pas la différence de traitement que le ministre s’apprête à faire entre leur fils et les autres élèves scolarisés en établissement public ou privé sous contrat.

Bien que cet établissement soit soumis au contrôle pédagogique de l’Éducation nationale… Bien que Pierre soit régulièrement évalué, comme en attestent ses bulletins de notes et ses résultats de bacs blancs… Pierre sera exclu des mesures exceptionnelles que le ministre de l’Éducation a décidé de mettre en place pour le Bac 2021.

Et la situation de Pierre
n’est pas un cas isolé.

De nombreux parents d’élèves ont découvert, stupéfaits, la décision du ministre de l’Éducation pour le Bac 2021. Les évaluations communes et les épreuves de spécialité sont annulées pour les lycéens inscrits dans un lycée public ou privé sous contrat.

Pour ces élèves seulement, ce sont les notes obtenues en contrôle continu qui seront prises en compte.
Cela signifie qu’ils seront notés par leurs enseignants (qui savent où ils en sont dans le programme) sur des contrôles qu’ils auront eux-mêmes élaborés.

Pour les lycéens du hors contrat, comme Pierre, inscrits en candidats libres, parmi lesquels de nombreux élèves sont en situation de handicap physique ou cognitif, de maladie chronique, de troubles psychologiques… ce ne sera pas la même affaire. Ils devront suivre le processus “standard” d’un examen national : sujet unique et note attribuée par un correcteur (qui ne sait rien du candidat).

Courageux, Pierre est prêt à relever le défi. Il ne veut pas de passe-droit.
Mais opérer une discrimination d’une partie de nos lycéens, alors que nous sommes plongés dans une pandémie mondiale qui mine le moral de notre jeunesse, est injuste. Priver les lycéens du hors contrat des conditions exceptionnelles de validation du Bac accordées aux autres constitue une rupture d’égalité difficilement justifiable entre les élèves.

Les jeunes inscrits en établissement hors contrat ne sont-ils pas concernés par la pandémie du Covid19 ? N’en souffrent-ils pas autant que les autres élèves ? Le confinement n’aurait-il, pour eux uniquement, aucun impact sur leurs apprentissages ?

On s’interroge…

Surtout s’agissant du nouveau Bac, puisque les élèves actuellement en terminale seront les premiers bacheliers de cette formule revisitée.

Les nouveaux programmes, fort critiqués, n’ont pas été suffisamment préparés du point de vue des enseignants, ni étudiés dans des conditions satisfaisantes pour les élèves, du fait du Covid19 qui a impacté les deux années de mise en place.

Toutes ces raisons nous ont conduit à écrire au ministre de l’Éducation nationale pour lui demander solennellement que les mesures exceptionnelles qu’il prendra pour le Bac 2021, en raison de la crise sanitaire, s’appliquent à TOUS les élèves, sans exception, donc sans exclusion des jeunes en situation de handicap, ni en fonction de leur mode d’instruction. Retrouvez la lettre à la fin de ce message.

Les parents de Pierre avaient vu le succès de l’action de SOS Éducation menée pour Marie, l’année dernière. Grâce à notre intervention, le ministère avait modifié le décret et restauré l’équité des conditions d’examen pour tous les élèves de terminale.

Tous les lycéens doivent être considérés de manière parfaitement équitable, quel que soit leur mode d’instruction, dès lors qu’ils peuvent fournir des bulletins de notes, attestant du contrôle continu de leurs connaissances.

Pour vous mobiliser aux côtés de Pierre
pour tous les lycéens

c’est simple, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Plus nous serons nombreux, plus l’opération prendra de l’ampleur.
Aussi, transférez cet email à tous vos contacts !

Priorité à l’éducation !

signature sophie auduge

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

P.S. : Découvrez le courrier que SOS Éducation vient d’adresser au ministre de l’Éducation nationale :

P.P.S. : SOS Éducation est totalement indépendante, elle ne touche aucune subvention. Pour soutenir nos actions et nous permettre de continuer le combat pour améliorer le système éducatif, si vous le pouvez, aidez-nous par un don. Merci pour votre confiance.

1 Le prénom a été modifié.

Laisser un commentaire

*

code