Les arguments #31 à #40 contre l’écriture « inclusive » !

SOS Éducation > Actualités > Actualités Mobilisations > Les arguments #31 à #40 contre l’écriture « inclusive » !
Posté par : SOS Éducation 19 août 2021 4 commentaires

Chère amie, Cher ami,

Nos arguments contre l’écriture « inclusive » continuent à se diffuser…

… Un grand merci à vous pour votre participation active !

Vous êtes nombreux parmi nos abonnés à transférer nos e-mails à vos proches, et à partager nos arguments sur les réseaux sociaux.

Aujourd’hui, nous vous proposons les arguments 31 à 40 contre l’écriture « inclusive ».

À noter : si vous avez manqué les séries précédentes d’arguments, vous pouvez les retrouver sur notre site Internet :

Les arguments #31 à #40 contre l'écriture inclusive

Priorité à l’éducation !

signature sophie auduge

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

PS : Retrouvez notre pétition NON à l’écriture « inclusive ! » en suivant ce lien. Si vous ne l’avez pas encore signée, il n’est pas trop tard : chaque signature compte pour donner du poids à l’action !

PPS : C’est grâce aux dons de généreux donateurs que nous pouvons mener nos combats pour améliorer le système éducatif et protéger la langue française.

Pour conserver une parole parfaitement libre, l’Association ne touche aucune subvention publique. Votre soutien financier nous permet de continuer notre action indépendante pour l’Éducation.

Si vous le pouvez, MERCI de nous aider par un don, et ainsi rejoindre les donateurs de l’Association grâce auxquels nos actions sont possibles.

Toute contribution, même modeste, permet à SOS Éducation d’agir pour une meilleure École ! Pour faire un don, rendez-vous sur notre page de dons sécurisée.

Laisser un commentaire

*

code

4 commentaires

  • Robert Pillon

    La présentation est absurde : du texte en images impossibles à récupérer pour les relire tranquillement, et aucune prise en compte des personnes qui comme moi ont une faible connexion : plus de 5 minutes pour charger 31à 40… J’ai capitulé

    Cordialement,

  • Ghislaine RIVATON

    Bonjour SOS Éducation,
    Qui pour le coup porte bien son nom, face au danger mortel pour notre langue de cette satanée écriture inclusive dont le ridicule et la difficulté d’appliquer une telle idiotie dépassent l’imagination.
    J’ai failli écrire ânerie, mais je me rends compte que ce serait insulter ce brave et charmant animal.
    Va-t-il falloir corriger Voltaire, La Fontaine, Molière, Flaubert, Hugo, Balzac, Dumas, Maupassant, Proust, Peyramaure, Gallo, Houellebeck, Werber ? Et bien d’autres ?
    Qui nous délivrera de ce mal ? Je ne vois que le bon sens.
    Ghislaine RIVATON, Nelle Calédonie

  • BOUTRY

    Ridicule : vouloir l’écriture inclusive ce n’est qu’offrir à ces dames un strapontin … pas un siège confortable en les nommant en toutes lettres : sont-elles conscientes de cette contradiction ?

  • Bénédict HUMBEL

    Dans la liste de tous les défauts de cette lubbie orthographique, ne peut-on pas placer les meilleurs arguments (4, 13, 16, 22, 25, 33, 35, 36, 38 etc …), qui sont factuels, avant ceux faisant référence aux implications sociétales ou idéologiques : pour ces derniers, il y aura toujours contestation de la part de celles ou ceux qui poussent à la généralisation de cette fausse évolution des mentalités.
    Par ailleurs, les effets indésirables – sur les logiciels se saisie ou de traitement de texte – des points placés à l’intérieur d’une phrase et non à sa fin demanderaient davantage d’analyse. J’ai pris personnellement l’habitude de me servir des parenthèses (mais est-ce accepté par l’Académie ??), ce qui permet de pratiquer une « inclusivité » qui me semble éviter la majorité des arguments développés à propos de l’insertion des points à l’intérieur des mots : juste un pis-aller ?