Que penser des propos d’Éric Zemmour sur les enfants handicapés à l’école ?

SOS Éducation > Actualités > Actualités Entretiens et Tribunes > Que penser des propos d’Éric Zemmour sur les enfants handicapés à l’école ?
Posté par : SOS Éducation 21 janvier 2022 21 commentaires

Chère amie, Cher ami,

Cette semaine a été marquée par une polémique autour de l’inclusion scolaire, suite aux propos d’Éric Zemmour sur les conditions d’accueil des enfants en situation de handicap scolarisés à l’école.

SOS Éducation a été sollicitée, en tant que spécialiste de l’Éducation, pour décrypter la situation.

J’ai participé à la table ronde de la matinale de Clémence Houdiakova sur Radio Courtoisie, sur le thème : « Enfants handicapés et écoles spécialisées – Les propos d’Éric Zemmour sont-ils choquants ? », aux côtés de Louise, une enseignante spécialisée travaillant dans un hôpital de jour auprès d’enfants en situation de handicap.

J’ai pu mettre l’accent sur :

  • L’absence de volonté politique, avec des discours pour faire bonne figure, mais un manque crucial d’actions concrètes et de moyens sur le terrain ;
  • L’absence dans les programmes des candidats à l’élection présidentielle d’une politique éducative qui prend en compte et respecte la réalité des situations de handicap des enfants ;
  • L’absence de formation des enseignants, mais aussi d’un statut décent pour les accompagnants d’enfants en situation de handicap ;
  • Le désert médical des orthophonistes et des neuropsychologues, les délais pour obtenir un diagnostic et les années d’attente en structure adaptée…

J’ai aussi pu évoquer l’un des projets phares de l’Association : « L’inclusion scolaire, un projet pour l’École ! ».

Vous le savez peut-être : SOS Éducation a travaillé 2 ans directement au sein d’un établissement scolaire, sur un projet pilote pour développer une méthodologie de travail permettant de mettre l’inclusion des enfants en situation de handicap au cœur du projet d’établissement, au bénéfice de tous les enfants.

Un vrai travail de terrain. Nous avons pu créer des ressources uniques qui seront bientôt mises à disposition de tous les établissements.

Nous vous présenterons très prochainement les résultats de ce projet en détail.

Retrouvez ci-dessous mon intervention dans La matinale de Clémence Houdiakova sur Radio Courtoisie :

Si vous ne parvenez pas à lancer la vidéo, cliquez ici puis sur "Autoriser tous les cookies".

Vous pouvez aussi voir la vidéo directement sur Youtube en cliquant sur ce lien.

Comme toujours, vos commentaires sont les bienvenus : n’hésitez pas à me faire vos retours en répondant simplement à ce message !

Priorité à l’éducation !

signature sophie auduge

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

P.S. : Comme vous le savez, SOS Éducation ne touche aucune subvention publique, pour conserver une parole parfaitement libre. C’est pourquoi nous avons besoin de votre soutien financier pour pouvoir continuer notre action indépendante pour l’Éducation.

C’est grâce aux dons de généreux donateurs que nous pouvons mener nos combats pour améliorer le système éducatif et agir dans l’intérêt supérieur de tous les enfants.

Si vous le pouvez, MERCI d’aider l’Association.

Toute contribution, même modeste, permet à SOS Éducation d’agir pour une meilleure École ! Pour faire un don, rendez-vous sur notre page de dons sécurisée.

Un grand merci pour votre mobilisation et votre action engagée.

Laisser un commentaire

*

code

21 commentaires

  • Lavarec

    Personnellement je trouve que le projet d’E. Zemmour n’est pas inintéressant et je vous dis pourquoi.
    L’EN n’est pas adaptée à cette mixité entre enfant dits normaux et les enfants dits handicapés. Manque de formation des enseignants déjà dépassés par les problèmes de la mixité sociale et au nombre très élevé des enfants par classe. Et je pense qu’il serait bon de faire des temps privilégiés entre les deux niveaux des enfants. Temps d’échanges , de dialogues, pour mieux se connaître et apprendre ce qu’est le handicap car généralement il y a une peur un regard parfois négatif vis à vs des enfants « différents. E. Zemmour peut arriver à améliorer le développement en privilégiant l’accompagnement par des personnels vraiment qualifiés je crois que ce serait une excellente idée.

  • Courilleau

    Absolument d’accord avec les propos tenus par Mme Audigé. Votre connaissance du »dossier » est remarquable et illustre une fois de plus que quand on veut faire rentrer la réalité dans l’étroitesse de l’idéologie, on procède par simplification, contrainte morale et dictat.
    Mr Zemour pointe de façon maladroite et réactive un problème réel complexe et en dénonce le traitement simpliste et « bien pensant ». Il a au moins le courage de le dire.

  • FRANCOISE GIRAUD

    Zemmour a dit une vérité parfaite, inutile de lui chercher des noises, il vaudrait mieux en chercher dans ceux qui ont manipulé cette question sans d’autres résultats que la nullité qui fait que des enfants sont scolarisés en Belgique par exemple. On n’est déjà pas foutus d’empêcher le harcèlement qui pousse des jeunes scolaires à se suicider, on n’est pas foutus d’empêcher qu’un gamin qui ne possède pas ce dont les autres se vantent (vêtements, matériels scolaires, etc… se trouve mis à l’écart, voire torturé, comment penser qu’un enfant différent peur s’épanoui ou vivre parmi des déglingués que sont devenus bien des enfants dans une société de fous ?

  • GLOTIN Jean-Baptiste

    Médecin généraliste, maintenant retraité, je confirme les difficultés majeures des familles pour trouver une enseignement et une prise en charge adaptée aussi bien du coté médical que scolaire : lorsque le handicap est d’origine psychologique et intellectuelle, comment une enseignante de primaire pourrait-elle posséder toutes les compétences professionnelles ( toujours en évolution) pour répondre à des situations toujours différentes, chronophages et rares dans les petites écoles .
    Mieux réussir l’inclusion pour les handicaps physiques et sensoriels représenterait déjà un objectif concret.

    • SOS Éducation

      Cher Monsieur Glotin
      Merci pour votre retour. Il y a en effet encore beaucoup de chemin à parcourir dans ce domaine. L’équipe de SOS Éducation

  • VIAU delphine

    Bonjour, je suis maman d’un petit garçon ayant une maladie rare neurodevelopementale associé aux gènes STY 1 nous sommes abandonné par les médecins car dans l’inconnu et malgré une notification MDPH d’aide humaine de 15 h, il est actuellement déscolarisés car l’école ne l’accepte qu’en présence de l’AESH et depuis son entrée en maternelle en 3 ans il a du aller environ que 6 mois. Pas de place en institut spécialisé, frais médicaux important puisqu’il est difficient visuel. On me demande d’arrêter de travailler pour s’occuper de mon fils, mais vu les charges énormes en France et ayant 2 autres enfants, je ne peut pas arrêté de travailler, j’ai diminué mon temps de travail de 41 h à 21 h semaine avec un revenu bas et je me retrouve avec des choix financier important sur la santé. L’inclusion est possible pour certains enfants suivant les handicaps actuellement l’éducation nationale n’a pas les formations et l’école est actuellement dans la maltraitance des enfants des familles. L’état préféré fermer les structures au lieu de trouver des solutions pour les enfants qui ne peuvent pas être élèves. Mr Zemmour est le seul à aborder le sujet et c’est un gros problème en France.

    • SOS Éducation

      Bonjour Madame Viau,
      Merci beaucoup pour votre précieux témoignage. Vous êtes malheureusement nombreux dans ce cas, à devoir choisir entre vie professionnelle et temps consacré à l’enfant. Si vous êtes d’accord, nous souhaiterions vous proposer un temps d’échange via Zoom afin de recueillir votre témoignage détaillé. Si cela vous convient, merci de nous le faire savoir en écrivant à contact@soseducation.org.

  • Patrice Weiss

    L’indignation surfaite des politiques à propos de la déclaration de M. Zemmour est la démonstration de leur ignorance du problème du handicap. L’école peut certes accueillir des enfant au handicap physique (s’il n’y a pas d’escalier à monter pour les fauteuils) mais nullement pour les handicaps lourds et particulièrement neurologiques. Il leur faut une attention particulière, un rythme adapté, un encadrement spécifique lorsqu’il ne faut pas en plus leur apporter des soins. Or il y a un manque cruel de structures adaptées. Nier la réalité n’est pas se montrer empathique, mais hypocrite et, au final, mal intentionné envers les enfants handicapés comme les autres qui sont retardés par eux.

  • Garelli

    Certains enfants handicapés peuvent parfaitement s’intégrer à l’école ordinaire. Mais d’autres ne peuvent pas suivre, ou posent de tels problèmes dans la vie de la classe qu’aucune intégration ne peut être heureuse, ni profitable à personne. C’est ce que s’est borné à dire Zemmour, et il a raison. Connaissant un peu le sujet comme père de handicapé, j’ajoute que la politique actuelle de l’intégration est aussi un cache-misère commode pour esquiver la question lancinante du placement des enfants dans des établissements spécialisés, dont le manque criant en France est proprement scandaleux, car il s’agit à la base autant d’idéologie que de gros sous.

  • Kauffmann

    Enfin votre association participe à la vision de la réalité que Zemmour, même parfois maladroitement, nous fait voir.
    La vérité fait souvent mal et choque. Mais elle est nécessaire pour ne pas continuer les erreurs.
    Le mensonge est en nous lorsqu’on ne veut pas voir la réalité. « Fake ourself »…
    Merci pour votre émission.

  • Barbaz

    Je ne trouve pas les propos d’Eric Zemmour choquants, ils reflètent la réalité et le bon sens ! Cette notion égalitariste est en train de virer au dogme comme l’est la vaccination à l’heure actuelle.
    Cette égalité qu’on voudrait absolue (y-compris entre homme et femme – Gender) relève de l’irréel, même la nature n’en veut pas. Le monde est composé de différences (sexe, genre, physique, intelligence, milieu social, charisme…) on peut toujours tendre vers une égalité mais on y parviendra jamais. D’ailleurs est-ce possible ??
    En électricité, le courant ne circule que parce qu’il y a une différence de niveau électrique (différence de potentiel – voltage), de même l’eau circule entre deux points parce qu’il y a une différence de hauteur entre ces points ! Il en va de même partout, la société fonctionne parce qu’il y a des différences, sinon elle s’autodétruirait.
    Un déni de réalité s’est emparé de la société, voulant voir chaque être humain comme un « clone » de l’autre, où tout le monde a les mêmes capacités, pourrait donc avoir les mêmes résultats et fonctionnerait de la même manière. C’est la fameuse école de la réussite, aussi illusoire que fanatique, retirant de ses objectifs le mérite, le dépassement de soi, …
    C’est une dérive extrêmement grave et certains élèves ont besoin d’un circuit (enseignements) adapté selon les diverses pathologies (physiques et mentales) dont ils pourraient être « victimes ».
    Il y a aussi une norme et nous devons en tenir compte, mais comme nous voulons tout déconstruire, tout dénormaliser, on en arrive à des aberrations.
    Le handicap, est, par définition :
    « Toute personne ayant une déficience entraînant une incapacité significative et persistante et qui est sujette à rencontrer des obstacles dans l’accomplissement d’activités courantes. »
    et donc, il est clair que la plupart des handicapés ne peuvent pas s’épanouir dans un milieu normalisé … par définition. Il peut, au mieux, s’y accommoder et trouver une certaine satisfaction à vouloir se dépasser pour ressembler au mieux à « Monsieur tout le monde » , et encore, ceci ne sera possible que pour une certaines catégorie de handicaps !

  • Michel Duchaufour

    Bien entendu que notre pays accuse un retard considérable dans le domaine éducatif. Merci à ce candidat d’avoir ouvert ce dossier qui n’est abordé par aucun car trop délicat. C’est un homme courageux. Nous avons besoin de ce type d’homme.
    Haro sur ceux qui crient « aux loups » quand le sujet est plus important que celui de la sortie même du Covid qui encombre actuellement les antennes !

  • LEGENDRE

    Donc : E. ZEMMOUR avait raison, aussi bien dans sa première déclaration, où il dit bien ne pas être un connaisseur de ces problèmes, que dans la seconde.
    Les réactions violentes, dont celle de la Ministre, sont LAMENTABLES.
    D’ailleurs, dans votre échange dans votre entretien avec la spécialiste, il apparaît bien que cette femme approuve complètement E.Zemmour. Exemples : aveugles, sourds, enfants intellectuellement déficients… C’est évident!!
    Elle parle d’hypocrisie,, elle a raison.
    Au nom de l’égalité, selon les bien-pensants qui savent tout, il faudrait mettre les enfants de 11 ans avec des étudiants de 1 ère année!!!!!!!!!!!!!!
    Que de bavardages et de disputes stériles et imbéciles.
    L’égalité, très àç la mode, est impossible dans beaucxoup de domaines.

  • LEGENDRE Michel

    J’ai mis un commentaire aujourd’hui sur les déclarations de E.ZEMMOUR à propos des enfants handicapés.
    Il a disparu.
    Qu’en ferez-vous?
    Merci.
    Michel LEGENDRE

    • SOS Éducation

      Cher Monsieur Legendre, votre commentaire n’a pas disparu. Il est bien présent, mais il y a un décalage entre la rédaction des messages et le moment où ils apparaissent sur le site. C’est le temps qu’il nous faut pour approuver les commentaires. Cordialement, l’équipe de SOS Education

  • Anne Marie Jacquet

    Pediatre, je valide complètement ces propos
    Je suis des enfants dys en patientele et je travaille dans un. Centre de personnes polyhandicapées…
    Pas de neuropsy pas d’orthophoniste pas d’AVS dossiers énormes difficultés quotidiennes pour les enfants et les parents…

    • SOS Éducation

      Chère Madame Jacquet,
      Merci pour votre retour. En tant que spécialiste, souhaiteriez-vous participer à un temps d’échange via Zoom pour nous livrer votre témoignage détaillé sur la question ? Si oui, n’hésitez pas à nous le faire savoir en nous écrivant à contact@soseducation.org.

  • MICHEL PAILLOUX

    Bonjour ,
    Non les propos de E.Zemmour sur le handicap ne sont pas choquants. Ils sont simplement réalistes.

    A l’évidence certains enfants doivent être intégrés dans des classes spécialisées pour leur propre bien être et celui de leurs camarades c’est le contraire qui serait choquant .

  • Maillard Joëlle

    Bonsoir, je viens d’écouter la vidéo concernant les enfants handicapés et écoles spécialisées: BRAVO!!!
    Enfin, je ne me sens pas trop seule, les propos de Louise et de vous, Sophie, sont ceux que je clame depuis plusieurs années, sur l' »école inclusive à tout prix »…Enseignante spécialisée en CLIS (puis donc ULIS )pour enfants porteurs d’une déficience intellectuelle , depuis 32 ans, j’ai arrêté mes fonctions en juillet dernier. L’escalade idéologique sur l’inclusion à tout prix, crée de multiples souffrances , chez les enfants concernés d’abord, les enseignants , les familles (qui sont souvent leurrées, comme si leur enfant « n’était plus porteur de handicap », puisque en classe ordinaire…). Je suis pour TOUT proposer, chaque enfant étant unique. Beaucoup de mes anciens élèves ont progressé du fait d’être considérés avec leur handicap, leur rythme d’apprentissage , leurs capacités, et leur fonctionnement mental , au sein de l’ULIS, avec inclusion ponctuelle dans la classe ordinaire. Le fait de se trouver avec leurs pairs,dans le petit groupe classe, et de s’apporter mutuellement, était très valorisant et sécurisant, à la différence d’une inclusion trop poussée en classe ordinaire. certains doivent pouvoir bénéficier de l’inclusion en milieu totalement ordinaire, d’autres par moments seulement, d’autres en établissement spécialisé.
    Merci pour cette vidéo et vos réflexions qui rejoignent vraiment les miennes!

    • SOS Éducation

      Chère Madame Maillard, merci infiniment pour votre retour intéressant. Nous sommes heureux que vous vous retrouviez dans les propos de SOS Éducation. Nous allons publier très bientôt différents outils concernant la place de l’enfant en situation de handicap. Bonne journée, l’équipe de SOS Éducation