Analyse et décryptage de la grève des enseignants du 13 janvier… Mais pas que !

SOS Éducation > Actualités > Actualités Mobilisations > Analyse et décryptage de la grève des enseignants du 13 janvier… Mais pas que !
Posté par : SOS Éducation 15 janvier 2022 Aucun commentaire

Chère amie, Cher ami,

Le jeudi 13 janvier, lors d’une interview dans la presse, puis à la radio, j’ai été conviée à partager notre analyse du mouvement de grève.

Attendue le jour-même, cette grève s’annonçait largement suivie par les enseignants et l’encadrement.

L’occasion de parler de la situation actuelle à l’école et notamment sanitaire, et plus globalement de l’état de notre École.

J’ai pu revenir sur :

  • Les motifs sous jacents qui expliquent la popularité de ce mouvement de grève dans les rangs de l’Éducation nationale mais aussi auprès du grand public ;
  • Les protocoles sanitaires kafkaïens dans les écoles depuis la rentrée de janvier 2022 et l’incompréhension générale ;
  • La nécessité de revenir à une situation sereine où l’intérêt supérieur des enfants est la priorité.

Au fil des questions et des échanges j’ai pu également évoquer quelques éléments de bilan de l’action de Jean-Michel Blanquer depuis bientôt 5 ans, et notamment :

  • La fracture entre le ministre et l’ensemble de la communauté éducative ;
  • La méthode du « en même temps » qui ne fonctionne pas ;
  • Les injonctions contradictoires et dangereuses pour les enfants du ministre de l’Éducation nationale, lorsqu’il rejette l’écriture dite inclusive d’une main et de l’autre ouvre la porte à l’idéologie d’affirmation du genre ressenti à l’École. Idéologie qui ne pratique que l’écriture « inclusive » et édicte en norme un nouveau langage fait de « dégenrage » [1] et de « mégenrage ».

Vous pouvez retrouver mon intervention dans La matinale de Clémence Houdiakova, sur Radio Courtoisie, ci-dessous :

Si vous ne parvenez pas à lancer la vidéo, cliquez ici puis sur "Autoriser tous les cookies".

Vous pouvez aussi voir la vidéo directement sur Youtube en cliquant sur ce lien.

Et en dialogue croisé avec Jean-Paul Brighelli, mon entretien dans Atlantico ici :

N’hésitez pas à me faire part de votre avis en laissant un commentaire ci-dessous !

Priorité à l’éducation !

signature sophie auduge

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

[1] Vocabulaire utilisé et diffusé par le planning familial et des associations trans affirmatives qui interviennent dans les écoles. Le « dégenrage » est le fait d’utiliser un langage sans genre voici par exemple ce qui est donné comme indication dans un guide présenté dans des écoles à Marseille et Avignon « Parlez par exemple de personnes enceintes, et non de femmes enceintes (car des hommes et des personnes non-binaires peuvent être enceints) ». Le « mégenrage » est le fait de parler au féminin à une personne née femme alors qu’elle se considère homme transgenre ou ni homme ni femme (non binaire). Le « mégenrage » est considéré comme un acte de violence et de discrimination. Ces associations ne reconnaissent ni la réalité biologique du sexe de naissance ni celle de féminin et masculin.

Laisser un commentaire

*

code