NON à l'idéologie transgenre à l'école ! Signez vite la pétition...

SOS Éducation > Pétitions et mobilisations collectives > Actions en cours > NON à l’idéologie transgenre à l’école ! Signez vite la pétition…

— PÉTITION —

À l’attention de monsieur Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et des Sports

NON À L’IDÉOLOGIE DU GENRE
qui fait croire aux enfants…
qu’ils peuvent changer de sexe
d’un coup de baguette magique !

L’IDÉOLOGIE DU GENRE
N’A PAS SA PLACE À L’ÉCOLE !

temoignages-fond-papier-haut

Monsieur le Ministre,

Votre circulaire est factuellement un mensonge.

Vous devez la retirer immédiatement :

  • La transidentité n’est pas un fait
  • La transidentité est une idéologie militante transhumaniste
  • La transidentité est une illusion dangereuse

L’être humain peut changer son apparence de genre… Mais il ne peut pas changer de sexe.

La médecine peut modifier l’apparence d’une personne… Mais pas le regard qu’elle porte sur elle-même.

Chez les enfants, le changement de genre est risqué.

En bloquant la puberté, il crée des dommages graves et irréversibles.
Par contre, il ne résout pas leur mal-être existentiel.

Les pays qui ont pratiqué ces expériences sur des enfants font marche arrière face aux vies brisées. La France va-t-elle assumer la responsabilité de créer des femmes à barbe stériles, volontairement mutilées ?

Il est désormais scientifiquement reconnu que la transition pédiatrique, c’est-à-dire le changement de genre chez les enfants, est une pratique expérimentale. Nos enfants ne sont pas des cobayes !

Votre dernière circulaire impose l’idéologie militante et politique « d’affirmation du genre choisi » à tous les élèves et aux professeurs. Or cette idéologie n’a aucun fondement scientifique et s’avère dangereuse pour nos enfants. Elle n’a donc pas sa place à l’École :

  • L’École n’a pas pour rôle de diffuser des idéologies et des croyances, mais de transmettre des savoirs.
  • L’École n’a pas pour rôle de déconstruire les enfants et de mettre en péril leur avenir, mais de les aider à grandir.

Pour ces raisons, je vous demande de retirer immédiatement votre circulaire du 29 septembre 2021 (numéro MENE2128373C). 

Vous devez faire cesser la diffusion dans l’École de la République, de l’idéologie militante et politique qui affirme que le genre n’est qu’un ressenti, auquel le corps et le sexe doivent se conformer par la médecine et la chirurgie. 

Cette idéologie est en contradiction avec les savoirs enseignés en biologie de la reproduction et va à l’encontre de l’intérêt supérieur de l’enfant.

 

Respectueusement,

temoignages-fond-papier-bas

Exposé
des motifs

Une théorie militante déterminée à convertir
un maximum de jeunes

L’idéologie « transaffirmative du genre » croit :

1.
que le sexe de naissance est une assignation arbitraire de la nature, sans réalité biologique.

2.
que le genre, féminin ou masculin, est une assignation de la société.

L’idéologie transaffirmative revendique le droit de chaque personne, et ce, quel que soit son âge, d’autodéterminer elle-même son sexe et son genre, sur la base de son ressenti.

Ce qu’un enfant chamboulé pendant la puberté peut ressentir n’aurait même pas à être questionné sous peine d’être poursuivi en justice.

L’idéologie transaffirmative n’a aucun fondement scientifique.
Le corps d’un humain se développe différemment sous l’influence des hormones sécrétées selon son sexe biologique.

Une idéologie dangereuse
pour nos enfants

Depuis une vingtaine d’années, l’idéologie politique transaffirmative a ciblé en priorité les jeunes. Les militants poussent à une transition rapide de changement de genre, avec des conséquences graves et définitives. 

L’idéologie transaffirmative, sous couvert de lutter contre la transphobie et l’homophobie, refuse tout recours à un psychologue… et même le principe de poser un diagnostic pour s’assurer que le choix de l’enfant est éclairé. 

Très active sur les réseaux sociaux, « l’euphorie transgenre » se propage à grande vitesse. Elle a déjà fait des ravages dans de nombreux pays « précurseurs » tels que la Suède, la Norvège, les Pays-Bas, l’Angleterre, les États-Unis… 

Tous ces pays font désormais marche arrière, face à une flambée du nombre de cas chez les jeunes filles… qui annonce déjà un scandale sanitaire ! 

Les médecins reconnaissent ne pas maîtriser les effets combinés des traitements de bloqueurs de puberté et des hormones transsexuelles, ni leurs conséquences à long terme sur les enfants devenus adultes.

La France est-elle sourde et aveugle
aux malheurs du monde ?

Les études scientifiques démontrent les risques de la transition, en particulier chez les plus jeunes. Pourquoi appuyer sur l’accélérateur maintenant et foncer droit dans le mur ? Ne sacrifions pas nos enfants ! 

L’idéologie d’affirmation du genre fait croire aux jeunes qu’ils seront plus heureux s’ils changent de sexe.

En réalité, une majorité des enfants engagés sur le chemin de la transition de genre souffrent d’un mal-être plus profond. Ils croient avoir trouvé la solution, mais se mentent à eux-mêmes, comme on cache la poussière sous le tapis.

Sauf que le vrai problème n’est pas réglé et que les conséquences physiologiques et psychologiques de la transition sont désastreuses. Et irréversibles. 

Gavés de médicaments et d’hormones toute leur vie, leur corps mutilé, ils deviendront des adultes sous traitement, amputés de leur fertilité, incapables de connaître une sexualité normale. 

NON, l’idéologie transaffirmative ne sert pas l’intérêt supérieur de l’enfant !

OUI, vous devez retirer votre circulaire immédiatement !

Démêlez
Le VRAI du FAUX

Pour distinguer ce qui relève de l’idéologie et ce qui appartient aux savoirs, consultez les ressources produites par SOS Éducation en lien avec des experts :

14408 signataires

Eric R.Il y a 6 heures
François L.Il y a 7 heures
Marie C.Il y a 7 heures
Jean G.Il y a 7 heures
Clémence D.Il y a 9 heures

NON à l’idéologie transgenre à l’école !

Signez la pétition

* Obligatoire

SOS Éducation traite les données personnelles vous concernant, en tant que responsable du traitement, pour vous permettre de participer à la signature de pétitions. Ce traitement est fondé sur l’intérêt légitime de SOS Éducation de mobiliser le public afin d’améliorer le système éducatif.
Les données personnelles sont uniquement accessibles au personnel habilité de SOS Éducation. Les données relatives au prénom et code postal sont transmises aux destinataires de la pétition. Les données relatives au prénom et au département sont quant à elles publiées sur le site internet.
En tant que signataire d’une pétition, vous êtes susceptible de recevoir par courrier électronique les actualités relatives à cette pétition. Vous pourrez exercer à tout moment votre droit d’opposition via le lien de désinscription présent dans nos e-mails.
Conformément à la réglementation applicable à la protection des données, vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’opposition, d’effacement de celles-ci ou une limitation du traitement aux données personnelles vous concernant en adressant un courrier électronique à l’adresse suivante dpo@soseducation.org. Vous disposez également de la possibilité d’introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL) si vous l’estimez nécessaire.