Il faut absolument revaloriser et restaurer le statut des enseignants

Pétition

Il faut absolument revaloriser et restaurer le statut des enseignants

Chère amie, Cher ami,

Le métier d’enseignant est en crise profonde, comme en témoignent les mobilisations massives de ces derniers mois, sur Internet et dans la rue.

Il y a urgence : la qualité de l’enseignement de notre École doit être une priorité nationale.

Pour cela nos enseignants doivent être formés, dignement rémunérés et bien considérés !

Signez la pétition

Le métier d’enseignant est un métier difficile qui exige un haut niveau de connaissances et de maîtrise, et la conviction profonde que chaque enfant possède en lui les moyens d’épanouir son intelligence.

Le métier d’enseignant nécessite la maîtrise des savoirs à enseigner, la connaissance des différentes manières d’apprendre et de réelles capacités pédagogiques pour transmettre ces savoirs.

Mais ce qui a longtemps été l’un des plus beaux métiers du monde ne fait plus rêver.

Pire, il dépérit.

Les enseignants en poste sont à bout. Beaucoup quittent le navire, dégoûtés.

Le métier d’enseignant n’attire plus.

De moins en moins d’étudiants postulent aux concours d’entrée du Capes.

Par conséquent, de plus en plus de postes restent vacants. Entre 2019 et 2020, le nombre d’inscrits a chuté de près de 10 %.

Pour les recrues issues de reconversions professionnelles, c’est la douche froide.

À peine arrivées dans le collège unique à la française, elles repartent vite les jambes à leur cou.

Les causes de cette débâcle sont multiples et nombreuses, citons notamment :

  • Un déficit de formation initiale ;
  • Un déficit de formation continue. Selon l’enquête internationale sur l’enseignement et l’apprentissage de l’OCDE (TALIS 2019) seulement 55 % des enseignants ont été formés à la gestion des comportements en classe, alors qu’ils sont 72 % en moyenne dans les autres pays ;
  • Une gestion désastreuse des ressources humaines, des affectations en dépit du bon sens, un manque de considération des difficultés rencontrées, aucune logique de parcours professionnel… ;
  • Des changements incessants dans les programmes, sans concertation avec les enseignants. Ces changements sont la plupart du temps sortis du chapeau, au gré des pédagogistes ou d’enjeux sociétaux et politiques, loin des savoirs fondamentaux à détenir ;
  • Des injonctions politiques grotesques, sans avoir la formation requise ni les moyens matériels de les mettre en œuvre ;
  • Un manque de coopération entre les équipes ;
  • Une désolidarisation des chefs d’établissement à la moindre difficulté, trop souvent centrés sur leur notation annuelle ;
  • Une montée alarmante de l’irrespect et de la violence en classe et dans les établissements. Les sanctions prévues dans les textes sont rarement appliquées, par crainte d’être mal vu par l’institution ou de représailles des parents : #PasDeVague ;
  • Une judiciarisation grandissante de la relation parents/enseignants qui fait frémir les chefs d’établissement et l’institution… ;
  • La baisse généralisée du niveau des élèves, qui s’amplifie année après année…

Et enfin, un niveau de salaire inférieur à la moyenne des pays de l’OCDE qui cache une disparité plus profonde.

Les enseignants du primaire sont payés au lance-pierre… Les directeurs et directrices d’école n’ont pas de statut… Et les enseignants dans leur ensemble sont maintenus en bas de l’échelle pendant longtemps : la rémunération ne monte réellement qu’au bout de 25 ans de carrière !

Là encore, une exception française.

Les enseignants français obtiennent au bout de 25 ans d’exercice le niveau de rémunération que leurs homologues atteignent à partir de la 15e année de métier. Il est évident que sur cette base, le calcul de la retraite sur les 25 dernières années et non plus comme actuellement sur les 6 derniers mois, les impacte directement…

Ajoutons à cela les effets du gel du point d’indice et nos enseignants sont parmis les moins bien lotis.

Pour donner un exemple, en 2018, un enseignant allemand de premier cycle de 15 ans d’expérience gagnait en moyenne un demi salaire de plus, à pouvoir d’achat égal et en tenant compte des taxes (1) que son homologue français.

Pour sauver sa réforme des retraites, le gouvernement s’apprête à donner quelques miettes à nos enseignants pour limiter la casse.

Mais ce n’est pas suffisant. Et ce n’est surtout pas à la hauteur ni de la situation, ni des enjeux.

Le gouvernement ainsi que les responsables politiques de tous bords doivent envoyer un signal fort de reconnaissance de la contribution essentielle des enseignants à la construction de notre société.

Et c’est pourquoi SOS Éducation lance cette pétition, que je vous invite à signer en cliquant ici :

https://soseducation.org/il-faut-absolument-revaloriser-et-restaurer-le-statut-des-enseignants

À l’heure où le gouvernement et le ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse se disent prêts à revoir la rémunération des enseignants pour compenser la perte financière que va leur coûter la réforme des retraites, nous clamons haut et fort que l’enjeu est ailleurs.

Il est plus haut, il est plus grand !

Il faut absolument revaloriser et restaurer le statut des enseignants

C’est maintenant ou jamais.

Cliquez ici pour signer cette pétition :

Je signe la pétition

Pour peser sur les décisions à venir, nous devons, par dizaines de milliers, soutenir la revalorisation du salaire des enseignants et la restauration de leur statut, c’est essentiel pour notre École.

Après avoir signé la pétition, partagez ce message à tous vos contacts sur les réseaux sociaux et par e-mail.

Parlez-en à vos proches.

Un immense merci,

Signature Sylvain Marbach

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

 

1. Pour aller plus loin, vous pouvez consulter la note d’analyse établie par SOS Éducation sur la situation des enseignants en France en cliquant ici :

https://soseducation.org/docs/201912_Notes-Analyses_mobilisation-enseignants.pdf

Si vous souhaitez contribuer à cette analyse, n’hésitez pas à nous communiquer vos commentaires et témoignages.

 

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de