Cette simple révélation révolutionne
le métier de professeur en CP

Jeune professeur des écoles en CP, Anne était souvent découragée : ses élèves étaient insupportables. Et dans ce contexte, leur enseigner la lecture, ou quoi que ce soit d’autre, semblait mission impossible.

Pendant ses cinq premières années, elle s’était étonnée du nombre significatif d’élèves qui n’avaient pas réussi à apprendre à lire dans sa classe. Ils devinaient les mots en fonction des images et se trompaient souvent, ou pire, se fermaient comme des huîtres.

Au début, elle se disait qu’elle manquait d’expérience et qu’elle finirait par trouver le moyen d’apprendre à tous… Mais non…
Alors, les collègues l’avaient rassurée :

  • dans sa classe il y avait sûrement des « dyslexiques » ;
  • et puis, les élèves ont plusieurs années pour apprendre à lire ;
  • « ce n’est pas une science exacte » ;
  • « il faut voir les parents qu’ils ont… » ;
  • et puis « on dit que c’est normal que 20% des élèves ne sachent pas lire à la fin du CP » ;
  • « ce ne sont pas des machines »…

Mais elle n’arrivait pas à s’y résoudre. Elle sentait bien que ces excuses n’étaient pas suffisantes et laissaient de côté l’essentiel.

Alors elle avait consciencieusement repris ses séquences, ses photocopies, farfouillé des forums de profs…

Elle dépensait une énergie folle à inventer toutes sortes d’activités pour essayer de capter l’attention des élèves, surtout ceux qui semblaient ne rien retenir. Malgré tous ces artifices, des élèves s’agitaient et il lui semblait parfois impossible de les mobiliser plus de deux minutes sur une tâche.

Mais ce qui la désolait le plus, il fallait bien se l’avouer, c’était qu’elle ne maîtrisait pas ce qu’elle faisait.

Découragée, elle se demandait même si elle était vraiment faite pour ce métier.

Un jour, elle a croisé une collègue proche de la retraite — une ancienne, une « institutrice » qui tenait à ce titre —, et qui l’a bouleversée.

Ce que cette ancienne institutrice lui a révélé a révolutionné son métier

C’est simple, en quelques minutes à peine, elle lui a expliqué pourquoi ses élèves étaient turbulents et dissipés et pourquoi ils avaient tant de mal à apprendre à lire.
Car les deux étaient étroitement liés.

  • Ce n’était pas la faute des parents (même si certains s’y prennent mal pour éduquer leurs enfants).
  • Ce n’était pas la faute des écrans (même si leur emprise croissante sur les petits cerveaux est réelle).
  • Et surtout, ce n’était pas une erreur de casting : oui, Anne est bien faite pour être professeur des écoles. Car « l’effet maître » n’est pas le seul levier.
  • Mieux : elle pouvait apprendre à lire à tous ses élèves. Oui TOUS. Même les « dys ». Même dans le contexte actuel.

Il y avait de quoi être incrédule.
Et à sa place, franchement, j’aurais aussi demandé à voir.

Mais quand même, l’éclairage qu’elle lui avait apporté en si peu de temps dépassait largement tout ce qu’elle avait pu « apprendre » en Espé et pendant ces années de tâtonnements et de bricolages.

Et les années qui ont suivi lui ont donné raison.

Cette ancienne institutrice avait initié une révolution qui tenait en trois mots :
« Choisissez votre manuel. »

« Vous savez, avait dit cette institutrice avec humilité, les professeurs des écoles ne sont pas si différents des artisans. Plus la matière est délicate, plus les outils doivent être réglés, ajustés… Et vous, vous enseignez à des élèves ! La qualité de votre manuel doit être à la hauteur ! »

Choisir un manuel de lecture, c’est comme choisir un partenaire de travail.
Il faut bien s’entendre avec lui et qu’il soit efficace.
Il faut pouvoir vous appuyer dessus en toute confiance, sans avoir à reprendre derrière.

En effet, beaucoup de professeurs des écoles ont entre les mains des manuels inadaptés qui ne leur rendent pas service. Ils ont beau les corriger, les modifier, rajouter des fiches, les résultats ne sont pas au rendez-vous.
D’autres bricolent leur propre manuel, en faisant chauffer la photocopieuse ou l’imprimante.

En réalité, c’est une perte énorme de temps et d’énergie qu’ils pourraient investir dans l’accompagnement des élèves.

Découvrez les bienfaits d’une progression bien pensée et explicite

Comprendre les besoins des élèves est fondamental pour pouvoir y répondre et leur permettre de progresser.

Dans l’apprentissage de la lecture, que les élèves soient dissipés n’est pas la cause du problème : c’est le symptôme !

Quand un élève connaît les règles du jeu, sait où il en est et où il doit aller, et que chaque étape est adaptée à ses forces, il prend confiance dans ses propres capacités.
Il mesure ses progrès et peut monter avec plaisir l’escalier de l’apprentissage.

S’il lui manque une marche, il s’arrête et ne peut plus continuer. Ne pouvant plus focaliser son attention sur l’étape suivante, il s’éparpille.

Or certains manuels de lecture sont flous et demandent à l’élève de deviner, d’improviser, sous prétexte de « créativité », au lieu de s’appuyer sur ce qu’il a appris.

Pire : ils favorisent l’agitation ! Ils poussent l’élève à se disperser, à se distraire, à partir dans tous les sens au lieu de l’aider à se concentrer.

Il n’y a pas UN manuel idéal, mais celui qui VOUS correspond

Choisir son manuel est une affaire sérieuse, essentielle, et qui se fait une fois pour longtemps. Anne l’a bien compris et elle sera reconnaissante toute sa vie envers cette ancienne collègue.

Car la difficulté pour le professeur des écoles est de s’y retrouver dans la multitude de manuels, surtout s’il maîtrise mal les étapes clés dans l’apprentissage de la lecture.

Et, jusqu’à présent, on ne peut pas dire que le passage dans les Espé les ait beaucoup aidés : on ne consacre pas plus de 2 heures au thème de l’enseignement de la lecture, ce qui ne permet que de survoler le sujet.

C’est pourquoi deux associations se sont mobilisées pendant plus d’un an pour préparer et éditer le guide professionnel Enseigner la lecture au CP à destination des professeurs des écoles.


Bonjour, je m’appelle Frédéric Prat.

Je suis président de l’association Lire Ecrire, qui soutient les professeurs des écoles en leur apportant des éclairages, des analyses et des outils pédagogiques de haute qualité.
Des professeurs des écoles désemparés comme Anne, j’en ai rencontrés régulièrement.
Et je leur répétais simplement les mots de cette ancienne institutrice : « utilisez un bon manuel. » Et je leur donnais des éléments pour éclairer leur choix.

Sincèrement, j’étais étonné de voir que malgré leur méconnaissance du sujet, on leur confiait une classe de CP sans préparation. Souvent ils utilisaient le manuel de la classe choisi par le collègue précédent, avec un fort sentiment d’échec. Ils ne comprenaient pas comment fonctionnait le manuel… Alors, les élèves…

Il y avait vraiment urgence à créer un outil professionnel, qui puisse être diffusé le plus largement possible.

Pour éditer le guide professionnel Enseigner la lecture au CP, nous avons sollicité l’aide de l’association SOS Éducation, qui édite depuis des années des ouvrages pour les professeurs, car le travail sur ce guide était conséquent.

Nous voulions élaborer un outil adapté aux besoins pédagogiques des professeurs des écoles. Car aucun guide de ce type n’existait pour ceux qui doivent choisir leur manuel d’apprentissage de la lecture.

En effet, pour mieux choisir votre manuel, vous avez besoin de plusieurs repères précis.

« Enseigner la lecture au CP » analyse pour vous tous les critères pour bien choisir votre manuel :

  • La quantité d’entraînement au déchiffrage.
  • La présence d’un accompagnement ou non par des gestes.
  • La qualité des textes proposés.
  • La qualité des illustrations : sont-elles sobres ? colorées ? Claires ?
  • La place laissée à l’écriture.
  • La prononciation.
  • La grammaire : est-elle initiée ? Si oui, comment ?
  • La typographie : les caractères sont-ils d’imprimerie ? Quelle place pour l’écriture cursive ? Y a-t-il de la couleur ? Quelle est l’évolution de la taille des lettres ? Quand apparaissent les majuscules ?
  • Les liaisons : sont-elles notées ? Jusqu’à quand ?
  • La syllabation : comment et jusqu’où est-elle détaillée ?
  • Etc.

Nous avons particulièrement veillé à ce que cet outil soit pratique pour les professeurs des écoles, quelle que soit leur expérience.

Chaque critère est expliqué en langage clair et accessible aux débutants qui n’ont jamais fait de linguistique ni même enseigné la lecture.

Ils s’appuient sur l’expérience de nombreux enseignants et s’inspirent des dernières recherches en psychologie et en neurosciences.

En affinant ainsi vos critères, vous pourrez analyser n’importe quelle méthode de lecture.

Dans l’ouvrage professionnel Enseigner la lecture au CP, nous nous sommes concentrés sur la méthode de lecture dite « syllabique » ou « alphabétique », car elle répond bien aux recommandations récentes sur l’enseignement de la lecture. Sans surprise, les résultats sont au rendez-vous.

Les autres méthodes dites « semi-globales » ou « semi-syllabiques » n’ont pas réussi à s’imposer car leurs résultats sont médiocres, malgré tous les efforts d’adaptation de ces dernières années. De plus, ces méthodes appauvrissent la progression en s’appuyant sur la mémoire visuelle et favorisent la devinette.

De sorte que ces manuels finissent par tous se ressembler : et pour l’enseignant, le choix se restreint souvent à celui de l’ambiance générale, de la mascotte, et des petites histoires.

Au contraire, les manuels dits « syllabiques » offrent un éventail de progressions pédagogiques très étudiées et différentes les unes des autres.
Et c’est là que le rôle pédagogique du professeur des écoles prend tout son sens.

Une fois le manuel choisi, le maître peut se reposer dessus et l’appliquer sereinement.

Mieux : l’élève lui-même sent très vite l’unité entre le manuel et son enseignant et peut avancer à son rythme en sachant toujours où il en est.

De sorte que le charisme du maître n’est pas le plus important. Cela rassure le débutant et le soulage d’une lourde quantité de travail.
Toute l’énergie créative du professeur des écoles peut ainsi être investie dans tout ce qui entoure le manuel proprement dit.

Vous pouvez précommander le guide professionnel Enseigner la lecture au CP en cliquant ici.

11 manuels passés au crible

Nous ne pouvions en rester à la théorie.

Pour faciliter l’application de ces critères, « Enseigner la lecture au CP » analyse 11 manuels de lecture, selon une grille de lecture normalisée.

  1. Cette grille de lecture met en valeur la diversité des approches, dans les pratiques, l’ordre de la progression et l’étendue du savoir.
  2. Grâce à la présentation normalisée, soulignée par des icônes, vous vous repérez d’un coup d’œil dans la diversité des manuels.
  3. Vous pouvez comparer les manuels entre eux, notamment grâce à un tableau récapitulatif synthétique.
  4. Et enfin vous pouvez déterminer quelle approche convient le mieux à votre façon de faire.

Non seulement on vous donne de beaux poissons, mais on vous apprend à pêcher !

Ces 11 manuels ne sont pas classés : ils sont présentés de manière objective pour vous offrir la possibilité de choisir celui qui convient à votre manière d’enseigner et à vos goûts.

Ce n’est pas parce qu’un manuel connaît un succès commercial qu’il devrait vous correspondre. Aussi, nous sommes allés aussi dénicher des manuels encore peu connus qui viendront enrichir vos choix possibles.

Ils ont été présélectionnés parce que ce sont des valeurs sûres (et les analyses le manifestent et le prouvent) et aussi parce qu’ils représentent le panel le plus large.

Les analyses sont agrémentées de deux photos de pages tirées de chaque manuel, comme si vous les feuilletiez, pour vous donner un aperçu esthétique des illustrations, des couleurs, de la mise en page, bref, de l’ambiance générale.

Certains professeurs seront attirés par les présentations colorées et dessinées, d’autres préfèreront la sobriété… C’est à vous de voir !

Nous avons tenu également à récolter des témoignages de professeurs qui utilisent ces manuels avec succès, pour vous aider dans votre choix.

« Enseigner la lecture au CP » a été imprimé sur un papier couché, pour faire ressortir les couleurs, agréable à l’œil et lisse au toucher, dans un format A4 pour préserver la vision globale : C’est bien pratique pour visualiser en un coup d’œil le tableau comparatif des progressions. Et cela permet d’analyser un manuel par double page.

Ce grand format trouvera sa place entre deux classeurs sans se perdre au fond de vos rayonnages (et vous pourrez même le ranger dans une pochette plastique, il y restera sagement sans glisser).

Grâce à notre diffuseur, vous trouverez le guide professionnel Enseigner la lecture au CP dans votre librairie de quartier et dans les grandes chaînes culturelles comme la Fnac…

Et vous pouvez aussi l’acheter en ligne pour le recevoir directement chez vous, au prix de 15 € seulement.

Commandez-le dès maintenant en cliquant ici :

Je commande le guide >

Je vous souhaite beaucoup de bonheur à enseigner la lecture à tous vos élèves !


Frédéric Prat
Président de Lire Ecrire

P.S. : Ne laissez personne vous servir de fausses excuses. Votre rôle est essentiel pour les élèves qui sont sous votre responsabilité. Et même si vous n’avez pas d’expérience, vous pouvez apprendre à lire à tous vos élèves.

Choisir votre manuel demande du soin et vous libérera beaucoup de temps et d’énergie tout au long de l’année (et des années suivantes !). Profitez-en pour vous préparer pour l’année prochaine !

Commandez votre livre dès maintenant en cliquant ici !

Soutenez l’initiative de SOS Éducation et de Lire-Écrire :
Je partage sur facebook Je partage sur twitter

SOS Éducation
association à but non lucratif déclarée selon la Loi de 1901 –
Siret : 441 199 627 00031 – Déclaration CNIL : n°871 850 – Informations légales –
120, boulevard Raspail, 75006 Paris – Téléphone : 01 45 81 22 67 – Fax : 01 45 89 67 17
contact@soseducation.orgwww.soseducation.org