Reprise de l’école le 11 mai, Pour ou Contre ?

Donnez votre avis !

Reprise de l’école le 11 mai, Pour ou Contre ?

Le Président de la République, lors de son allocution aux Français lundi 13 avril, a annoncé la fin progressive du confinement à compter du 11 mai prochain ainsi que la réouverture des crèches, des écoles primaires, des collèges et des lycées.

La décision de faire reprendre à cette date le chemin de l’école a surpris tout le monde : parents, enseignants, enfants, personnels médicaux et paramédicaux…

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Êtes-vous pour ou contre la réouverture des crèches et des écoles le 11 mai prochain ?

Votre avis est essentiel !

C’est pourquoi SOS Éducation lance une grande consultation en ligne, à laquelle nous vous invitons à participer maintenant.

Pour cela il vous suffit de donner votre avis en cliquant sur l’un des boutons ci-dessous :

            POUR            

          CONTRE          

NI POUR, NI CONTRE

 

Il est important qu’un maximum de citoyens puissent donner leur avis, c’est pour cela que nous comptons sur vous pour transmettre cette consultation à vos proches, à vos amis, à vos collègues.

Après avoir participé, pensez à diffuser le lien suivant sur les réseaux sociaux : https://soseducation.org/consultations/reprise-ecole-11-mai-pour-ou-contre.

La synthèse de cette grande consultation sera publiée sur notre site Internet, et transmise au ministre de l’Éducation nationale et de la Jeunesse.

Un grand merci par avance de votre action.

Priorité à l’Éducation !

Signature Sophie Audugé

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

4 Réponses

  1. MAUGET

    mais qu’est-donc que ce pays composé d’individus incapables de comprendre une décision dés lors qu’elle émane du gouvernement.
    il n’y a pas à être pour ou contre; il revient à chacun de reprendre le travail et vite pour limiter la déroute économique qui s’annonce.
    si certains ne veulent pas envoyer leur enfant à l’école, c’est leur droit. Mais alors, qu’ils ne parlent pas d’inégalité scolaire ! c’est le syndrome de la CGT: toujours contre; c’est insupportable.
    Il est désolant de constater que SOS éducation adopte ce raisonnement.

    1. Liberté

      Mauget,
      Un pays où la population ne peut exprimer son opinion quant aux décisions de ses dirigeants s’appelle une dictature. Fort heureusement la France bénéficie d’un système démocratique où chacun dispose d’un droit nommé “la liberté d’expression”. Vous pouvez donc avoir votre avis (en l’occurrence défendre l’économie) comme d’autres peuvent avoir le leur et faire passer, par exemple, la sécurité sanitaire avant tout. Manifestement le but de ce sondage n’est pas de museler une partie de la population puisque les trois options sont possibles : pour / contre / peu importe.
      Cordialement

    2. familiari

      ”mais qu’est-donc que ce pays composé d’individus incapables de comprendre une décision dés lors qu’elle émane du gouvernement.”

      Bravo, vous avez gagné le trophée de la phrase la plus méprisante de l’année.

      ”Ce pays composé d’individus ” : en vous mettant en retrait dans la narration, vous semblez vous mettre en position d’observateur supérieur, de la caste des ‘sachants’, de ceux qui donnent les ordres et qui sont insatisfaits du niveau intellectuel des Français ”incapables de comprendre une décision”.

      Alors mon petit Monsieur ou ma petite Dame, un petit rappel de notre structure sociétale et politique s’impose.

      Nous sommes une Démocratie composée de citoyens et non pas d’individus. Nous élisons des représentants à qui nous déléguons des pouvoirs de gestions temporaires. Les-dits représentants sont en quelque sorte les employés des citoyens et ne sont pas issus d’une royauté divine. Que les-dits représentants décident de s’emparer du pouvoir totalitaire par ordonnance, empêchant la consultation et le débat dans un moment assez difficile, nous amène dans cette situation où chaque citoyen va reprendre son autonomie de décision.

      A cela s’ajoute, l’incohérence des orientations choisies pendant cette gestion de crise par ces-dits représentants, qui amène chaque citoyen éduqué et capable de penser par lui même à remettre en question, ce dé-confinement précipité, alors que nous sommes toujours au point zéro après 8 semaines, sur la logistique de protection (masque), de tests et de traitement (chamaillerie des grands pontes de médecine) et que notre personnel soignant est épuisé.

      Alors mon petit Monsieur ou ma petite Dame, je vais vous apprendre quelque chose : les Français ne sont pas des veaux même si c’est ce que vous pensez. Les Français sont capables d’analyser et de faire des choix stratégiques pour leur santé et l’éducation de leurs enfants lorsqu’ils pensent que les ‘sachants’ sont défaillants. Et ces choix ils les feront car non seulement ils sont légaux mais aussi légitimes.

      Navré que cela vous semble ”insupportable” mais c’est ainsi que cela va se passer.
      Navré aussi que cela frustre votre penchant pour la dictature et exacerbe votre mépris des individus mais c’est ainsi.

      Je ne vous salue pas car je ‘constate’ que votre manière de penser ‘désolante’.

  2. MISCELI

    Contre. Quand on connait le système ‘éducation nationale’ et qu’on y travaille, on connait sa gestion souvent lamentable. La logique en matière d’éducation est celle de l’économie alors j’ai des doutes sur la mise en place de moyens supplémentaires pour assurer la sécurité des enfants et de l’ensemble de personnel qui travaille dans les établissements (enseignants, personnel administratif, agents…). On ne me fera pas croire que le paquet sera mis. Combien d’élèves et de professeurs au niveau national? Plus de 12 millions! Même si la moitié uniquement reprenait, il faudrait une quantité impressionnante de matériel et du personnel pour s’occuper des procédures de désinfection, personnel qui est souvent en sous-effectif. Nous n’avons déjà pas les moyens de travailler correctement quand la situation est normale car les réformes qui se suivent et se ressemblent sont faites dans un but de réduction des moyens. On doit toujours en faire plus avec moins. Aujourd’hui, on trouverait ce qu’il faut pour bien organiser les cours??? Bien évidemment, il faut que l’économie reparte, que les gens travaillent à nouveau, que la vie se relance mais les enfants et les enseignants ne doivent pas être la solution. Les professeurs sont aussi des parents, les enfants ont aussi de la famille (oncles, cousins, grand-père, grand-mère…). Les efforts entrepris par les enseignants et les élèves pendant ce confinement doivent servir à quelque chose. On avance sur des paris et ça c’est lamentable. On nous demande de renoncer à voir nos familles, on ferme les bars, les restaurants et on pourra aller travailler dans des établissements qui accueillent parfois plus de 1000 élèves. Il faudra m’expliquer la logique car je ne dois pas être assez intelligent pour comprendre. Normal je suis prof. Il est évident que, pour ceux qui sont aux commandes, la situation est complexe, la gestion difficile, je ne remets pas ça en question. Pourquoi ne pas attendre la rentrée et travailler sur un véritable plan de sécurité à mettre en pratique si la situation devait se répéter en sollicitant les acteurs de terrain si c’est nécessaire, c’est-à-dire celles et ceux qui travaillent dans les établissements. Non, allons plus vite, la compétition économique doit repartir avec les autres pays de l’Europe. Les enseignants sont des citoyens comme les autres et je suis convaincu qu’ils aiment sincèrement leur métier. Ils l’exercent avec passion et AU SERVICE DU PUBLIC malgré toutes les difficultés. Ils l’ont montré pendant ce confinement. Les acteurs de l’éducation nationale, pour une grande partie, sont des personnes impliquées, qui font avec sérieux le métier pour lequel ils sont recrutés. Il faudra vivre avec ce virus mais pourquoi doit-on précipiter les choses, pourquoi ne pas réfléchir en prenant le temps. Je ne veux pas mettre mes proches en danger, ni mes collègues de travail. J’aime mon métier mais la prise de risque n’en fait pas partie.