Restez positif : entretien avec la pédiatre Edwige Antier

Découvrez vite l'interview vidéo exclusive…

Restez positif : entretien avec la pédiatre Edwige Antier

Chère amie, Cher ami,

Le vendredi 16 octobre, Samuel Paty, enseignant d’histoire-géographie, est assassiné à 17h30 en sortant de son collège.

Alors depuis deux semaines, la France est sous le choc et meurtrie.

Dans quelques jours, équipes éducatives et élèves reprendront le chemin de l’école.

Ce retour en classe se fera par un hommage rendu à Samuel Paty.

Mercredi 28 octobre, le Président de la République annonçait un reconfinement national pour au moins 4 semaines.

Jeudi 29 octobre, 3 personnes ont été assassinées dans la basilique Notre Dame de Nice.

Alors aujourd’hui la France pleure et a peur.

Comment reprendre l’école dans ce contexte ?

Nos enfants nous entendent parler.
Nos enfants ressentent notre indignation, nos craintes, notre colère aussi.
Nos enfants posent ou se posent des questions, et c’est bien normal !

Je me suis entretenue ce matin avec la pédiatre Edwige Antier pour avoir son éclairage.

Son conseil : être positif et célébrer la vie !

Notre entretien s’est déroulé autour de 5 questions :

  1. Comment parler de ces événements tragiques, et à quel âge ?
  2. Quel est le rôle de l’école ?
  3. Quelle place pour les parents ?
  4. Mots à dire, mots à proscrire
  5. Vos 3 conseils

Je tiens à la remercier pour cet échange très riche.

Découvrez cette interview vidéo exclusive dès maintenant :

Lorsque vous aurez visionné la vidéo, n’hésitez pas à nous faire part de votre avis en laissant un commentaire ci-dessous : nous lisons chacune de vos contributions.

Si vous souhaitez que nous abordions d’autres thématiques avec ce format vidéo, n’hésitez pas à nous les suggérer également.

Priorité à l’Éducation !

Signature Sophie Audugé

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

36 Réponses

  1. craipeau

    MERCI Beaucoup pour cette vidéo. Les propos du docteur sont tellement importants : protéger la vie, combattre la violence. Vous nous donner des mots pour parler avec bienveillance et en vérité. MERCI

    1. Butin

      Très important discours sur la gestion de la colère et le respect de la vie.
      Lors d’une émission radio, une institutrice évoquait l’impact des jeux vidéos dans les cours de recrées, la violence que cela crée ; elle aurait aimé être soutenue, entendue, ce qui n’a pas du tout été le cas ! C’etait à mon sens, déplorable et j’aimerais beaucoup que le sujet soit grandement abordé. Merci pour vos travaux.

  2. Jean Claude

    affligeant ce concentré de niaiserie de dame patronnesse sous amphétamines!
    Ce désir d’emprise, de contrôle et de surveillance permanente de l’enfant est malsain et ne peut remplacer la transmission de valeurs , d’abord par l’exemple:
    la laïcité n’est en aucun cas le droit d’insulter la religion de l’autre, de la part d’un professeur c’est inadmissible et irresponsable. Paix à son âme

    1. DECROUEZ

      ce n’était pas un cours sur la laïcité mais sur la liberté d’expression mais je pense que ce cours doit être associé à un enseignement du respect de l’autre…reste qu’un dessin ne vaut pas une décapitation et donc aussi un enseignement sur la non violence et en ce sens cette dame a raison cordialement

  3. séméria nicole

    Bonjour j’ai beaucoup apprécié les propos d’Edwige Antier sur la surveillance des élèves dans les cours de récréation. J’ai assisté au moment du passage entre la surveillance étroite et la soi-disant auto-discipline (y compris en maternelle) dans les cours de récréation dans les cantines…
    Les enfants apprennent l’auto-discipline tout au long de leur scolarité, c’est une formation sur plusieurs années. On a délaissé la surveillance et l’encadrement de leurs comportements, pour selon moi faire des économies de personnels…

    1. Jaupitre Bertrand

      Merci SOS éducation et merci Madame Edwige Antier.
      On trouve toujours à apprendre en tant qu’enseignant, des autres corps de métiers aussi, en voici l’exemple avec Me Antier. C’est ce qui fait la richesse de notre profession.
      Echanger en respectant l’autre: c’est cela faire société n’en déplaise à Jean Claude!
      Tout a fait en accord avec Nicole Sérémia.

    2. Gottiniaux

      Merci infiniment pour cette vidéo très instructive et éclairante. Nous aimerions tellement entendre ces propos sur plus d’ondes. Sortir du débat sur l’unique sujet de la laïcité. Merci de nous apporter ces paroles d’experts, merci au docteur Antier. Continuez votre engagement, nous vous soutenons du mieux possible !

  4. MARIE-THERESE ELY

    Les conseils pour les parents d’un enfant de primaire,souvent désemparés, me semblent utiles et de bon sens. Mis ce sont certains instituteurs qui auraient bsoin de conseils ! Que dites-vous d’une maîtresse d’enfants de 6
    ans qui expliquent ainsi la décapitation de Samuel Paty : “il est mort parce qu’il voulait être libre” ?! L’enfant va donc se dire : si je suis moi-même, que je dis ce que je pense, que je veux être libre, on me tue. Cet enfant se repliera sur lui-même, refoulera ses émotions, ses opinions ,son sens critique ; on fera de cette génération un peuple frileux, soumis, par instinct de survie. Est-ce ce qu’on nous prépare ? Je suis atterrée par la réaction de ce maître, et trouve cela extrêment grave.

  5. Suire

    Bonjour,
    Sur eduscol, les consignes vont dans le sens des observations de ce médecin. Les supports et les contenus sont dirigés vers les valeurs relationnelles et la gestion des émotions en maternelle et primaire. J’apprécie moins le côté moralisateur sur la gestion des récréations et l’omniprésence du regard de l’adulte sur les activités de l’enfant. Je pense que cette femme a grandi dans un milieu privilégié et reçoit des familles privilégiées. Le monde réel ce n’est pas ça malheureusement…

  6. GRAVIER-NAUDY

    Merci pour les conseils de Sagesse ( trop oubliée ) du Dr Edwige Antier.
    Moi aussi,comme Mme Séméria, j’ai assisté au passage à l’auto-discipline …qui devait responsabiliser les élèves que la discipline infantilisait !
    A cette même époque, il nous était même conseillé, dans le collège où j’enseignais ( les Lettres Classiques ), d’apprendre ” parler”….de nos élèves….en les écoutant parler dans la cour de récréation…… tellement notre langage châtié de professeurs…. leur était incompréhensible !!!

  7. Witkowski Liliane

    “Avoir les pieds sur terre” , c’est une interview pleine de bon sens et conforme à la profession de l’enseignant, discours très sécurisant pour l’enfant et les adultes.

    1. TONIOLO

      Je tiens tout d’ abord à remercier la pédiâtre Edwige ANTIER pour nous avoir communiqué de son expérience.

      À mon sens, ce qu’ il est de plus triste dans notre monde est que la notion intellectuelle du matérialisme de notre société limite la pensée humaine alors que par nature par les sept chakras, l’ humain ne se résume pas à un morceau de corps humain matériel mais s’ ouvre à la vie. Ici, je ne préfère pas parler de religion mais de spiritualité humaine que l’ on soit croyant ou athée. L’ on vit ce phénomène par la méditation en yoga, le voyage onirique, l’ inspiration créatrice tel le la flûte enchantée de Mozart, … en parlant de quelque chose de grand qui nous protège, j’ évoquerai le divin, dieu, une immense lumière bienveillante, l’ architecte de l’ univers … selon la croyance familiale. Ce qui y est important est que cette universalité dépassant de très haut l’ avilité humaine attend de chacun d’ entre nous, le respect de soi et le respect de l’ autre par son éthique universelle. Pourquoi ce concept universel ? L’ enfant deviendra la personne selon l’ image qu’ il s’ est donnée, cela me rappelle lorsque la pédiâtre souligne que l’ enfant doive faire la distinction entre le fantasme colérique et la réalité..

      À mon sens, la spiritualité dont sa valeur universelle à été présentée comme une complémentarité à la science dans ‘ Visage de Dieu ‘ par Igor et Grichka BOGDANOV est un domaine incontournable à reconnaître dans la vie pour être psychologiquement plus équilibré, et surtout actuellement.

      Ne négligeons un facteur humain existant qui peut nous sauver.

      J’ en profiterai par ailleurs pour rappeler que la spiritualité est quelque chose d’ intime, rien à voir avec des principes religieux à suivre. Ce qui d’ ailleurs me fait sourire dans notre société est que l’ étymologie du terme religion qui est ‘ Relier ‘ n’ est pas respecté en soi de par le fait que l’ histoire parle de guerres de religion, sens contradictoire.

      En termes d’ ouverture d’ esprit, il est primordial de comprendre que la phase dramatique que vit l’ humanité actuellement n’ est qu’ une phase obscure de l’ histoire où la lumière va revenir. D’ autant que les nouvelles générations auront beaucoup de travail pour reconstruire tout de qui a été détruit.

      L’ essentiel est d’ aider un enfant à préserver l’ esprit sain dans un corps sain.

      Pour la communication avec l’ enfance, je m’ en remets à la pédiâtre Edwige Antier.

  8. Catherine SCHWINN

    Bonsoir,
    Je suis professeur des écoles en CP’ et effectivement l’aspect violence et ce que les enfants ont pu comprendre des événements n’est pas du tout évoqué par le ministère. Merci de tout cœur votre vidéo m’éclaire et me servira beaucoup lundi.
    Autre chose, vous évoquez les récréations: il y a effectivement toutes sortes de violences, physique mais aussi verbale: gros mots, réflexions sur une sœur trisomique, petits mots pas gentils entre enfants….. que de situations à gérer tous les jours pendant Le temps de récréation pour amener les enfants à bien vivre ensemble, s’entraider et s’apprécier tel que chacun est.

  9. Aka

    Enseignement enrichissant. A retenir : apprendre la non violence aux enfants, au delà de tout, parler aussi de la laïcité car etant une valeur de la republique, surveiller les récréations ou sortie de cantine car on decele mieux a ces moments les attitudes des enfants enfin etablir une bonne relation enseignants parents d’élèves

  10. Monique

    Bonne vidéo! L’important est bien de comprendre l’enfant dans son raisonnement, dans son psychisme. et c’est bien ce que fait Edwige Antier.
    Quant à la question du contrôle,il ne faut pas confondre l’éducation à l’autonomie (qui réclame de la présence humaine) et un comportement abandonnique.
    Quoi qu’il en soit, actuellement, la présence auprès ds enfants est encore plus importante qu’en temps ordinaire et demande de se mettre à leur portée. Le devoir de les protéger est aussi impérieux à commencer par leur éviter l’aberration du port du masque!

  11. Marianne Peres

    Merci ! Répéter aux enfants qu’ils sont en sécurité et que les adultes sont là pour ça est en effet essentiel. Ils ont besoin de se sentir en sécurité pour grandir sans peur inhibitrice, c’est absolument vrai.

  12. Reno

    Propos très gentillets. Vous oubliez que nous sommes (nous les humains) avant tout des mammifères. Avec un gros cerveau certes, mais dessous le cerveau reptilien veille.
    L’éducation sert simplement à contenir la violence inhérente à cette condition de mammifère (dit supérieur). Mais le cerveau du mammifère nous dicte la défense du territoire (et des objets qu’il contient, la recherche du partenaire sexuel en repoussant les rivaux, la recherche et le stockage de nourriture en éliminant les concurrents si la quantité est limitée etc etc ……
    Bien sur l’entraide existe, mais au bénéfice d’un groupe auquel on appartient. Le mammifère humain est un être social, mais pas avec l’ensemble des mammifères. Le groupe social (troupeau ou ethnie) existe de toute façon, qu’on le nie ou qu’on l’accepte.
    Observez des troupeaux d’animaux sauvages ou domestiques, observez des groupes d’enfants, des groupes d’adultes, comparez “ceteris paribus sic stantibus”.
    Un nouveau dans la classe est rarement accueilli chaleureusement, il faut désamorcer les comportements du mammifère. S’il se coule dans le comportement du groupe il sera admis dans le groupe, sinon son comportement déclenchera une réaction pour tenter de la sortir du groupe.
    Voila qq pistes, continuez votre travail, il est remarquable, mais restez près réalités, ce que vous faites dans l’ensemble de vos positions.
    Cordiales salutations.

  13. LIGIEZA F.

    Pour moi, le principal serait que les parents et les enseignants apprennent ou ré-apprennent le RESPECT aux enfants.
    Ce mot “respect” englobe tout : la violence, la laïcité, et surtout respect de l’autre aussi bien en famille qu’à l’école ou même dans la rue.

  14. Ségelle Alain

    La Fraternité, c’est l’anti-violence & sans cela, il ne peut y avoir de Liberté, voire d’Egalité.
    Plus de messages utiles comme ceux-ci, à commencer par les médias véhiculateurs de tout ce mal-être …

  15. Charlotte Keignan

    Bonjour,

    Merci pour l’interprétation du Docteur.
    Et j’approuve entièrement le besoin de nécessité d’encadrer et de surveiller chaque enfant au sein de l’école : surtout pendant les moments de pause (récréations, pendant le déjeuner, périscolaire…).
    C’est tellement un besoin vital pour le développent de leur comportement !
    J’insiste aussi sur le fait d’être aussi très vigilant dés la maternelle déjà !!!

  16. vaille-bnuet

    Bonjour
    la laïcité, la laïcité tout le temps, elle est dévoyée par les média de son sens lors de la création du mot au XXème siècle. La laïcité actuellement cache l’athéisme forcené dans laquelle la société française s’est investie depuis 40ans. La dérision des religions aussi bien musulmane que christienne génère des pertes de repères de vie qu’elles promeuvent.
    La «laïcité» à la française est source future de conflit supplémentaires qui se traduit par de plus en plus de lois, règlements, que le quidam que nous sommes ne comprend pas, ne connaît pas. Et surtout par de moins en moins de repères de vie dans la paix sociale.
    Bien sûr, chaque religion a besoin de veiller à ce que des mots de violence soient bannis de leurs règles propres , à comprendre que ce n’est pas par la menace de mort que l’on obtient quelque chose de beau. Que la vengeance n’est pas une règle de conduite…

    La surveillance dans les cours de récré., telle que je l’ai connue consistait à calmer les conflits, les bagarres, à pacifier les élèves, à leur faire comprendre que la violence était interdite dans les relations d’un groupe. Bien sûr avec toutes les difficultés pour réaliser cela, mais les heures de colle étaient là pour comprendre petit à petit. Les pions étaient certes difficiles à supporter de la part des gamins mais ils étaient respectés comme les enseignants. Personnellement je remercie ceux qui m’ont collé, ils m’ont aidé à comprendre petit à petit, j’ai viré ma cuti et ait été capable de ne plus être collé. Merci MM Desprès, Pfol, mon prof de Latin.
    J’ai récemment vu une cours de collège dans lequel une bande d’ado poursuivait un de leur copain, passivement en présence de pion qui ne font pas halte, puis des salles de classe où des professeurs commencent par hurler pour obtenir le calme et travailler. Fou!
    Ce n’était pas comme ça dans ma jeunesse, 1965. J’ai vu des gamins marcher sur les tables de classe, 1995, sans que cela ne provoque une certaine honte à faire ainsi.
    L’éducation nationale est responsable de ce climat de violence lorsqu’elle montre que des recteurs d’académie ou des directeurs d’établissement ne soutiennent pas leurs professeurs lors des difficultés avec les parents. Pourquoi: manque de respect, perte de l’image de crédibilité, peur des réactions. mélange des zones de responsabilité et perte du sens de responsabilité collective et parentale. Pour ma famille la décision du prof était respectée car il vivait avec l’enfant toute l’année dans des situations spécifiques à sa mission. Sa mission, notre mission de parents, éducation pour s’assumer adulte en évitant une situation future de dominant autoritaire, dictatorial, idéologique.
    Le violence, la guerre sont synonymes car la violence verbale entre les parents se répercute dans les propos des adultes et des politiques et des relations internationales.

    Quant au dessin de l’enfant qui égorge sa soeur, inimaginable de voir où on en est. Diffuser cela est une incitation à la banalisation que ce soit dans cette vidéo comme dans les média. C’est la propagation de messages de peurs, d’intolérance institutionnalisée.
    Diffuser des images de respect, d’amour me semble un avenir plus radieux.
    Continuer à travailler pour une éducation respectueuse, pacifiée entre tous les intéressés.

  17. Fine

    Je suis assez d’accord avec cette dame !
    Ce qui me choque également, c’est la pauvreté du dessin de cet enfant de 8 ans !
    Il est bien trop rivé sur ses écrans, ceci explique peut-être cela.

  18. Caillé

    Merci ! Souligner la défense du miracle qu’est la vie me semble vraiment important. Si l’autre est en vie, nous devons le respecter et éviter la violence. C’est ce que nos élèves doivent comprendre, avec notre surveillance active en récréation, c’est certain. Merci de votre aide pr améliorer nos pratiques !

  19. GILLES

    Bonjour,

    Merci beaucoup pour cette vidéo très éclairante. J’ai travaillé en tant qu’enseignante quelques années et je trouve que malheureusement, le fond de ce qui est préconisé dans les programmes d’enseignement et les directives générales est aujourd’hui beaucoup trop politisé. J’avoue que sur ces sujets j’ai donc un manque de confiance sur ce qui sera réellement dit à nos enfants et que je ne mettrai donc pas mon enfant à l’école ce jour là. Mais votre partage m’aidera beaucoup à aborder le sujet avec lui à la maison. Merci beaucoup.
    Un sujet sur le port du masque, à l’école primaire notamment, et dans la vie quotidienne serait éclairant également.

  20. Pipounet

    Bonjour ,

    Cet entretien me semble tristement symptomatique de la dérive d’une école qui a oublié sa raison d’être .
    Voilà que maintenant à l’école on discute de nos valeurs, on a des cours de tolérance et bla bla bla . . .
    Mais quand est ce que on fait des cours d’histoire ? des vrais cours d’histoire ? Cela serait plus instructif et déchaînerait moins de passion.

    Je ne souscris pas à la vision du Dr Antier sur la non violence. On peut rêver d’un monde sans violence, mais cela ne la supprimera pas. Quand on renonce à exercer une violence légitime , il ne reste plus que la violence sauvage des caïds et des terroristes.

    La seule remarque de bon sens concerne la nécessité de surveiller les cours de récréation.

  21. Kolesnikova

    Bonjour,

    En ce qui concerne la surveillance des cours lors des récréations, dans les écoles primaires, je tiens à préciser qu’elle est faite par les enseignants et non par des tiers.
    Par contre entre 11h30 et 13h30 et après 16h30 la surveillance est assurée par des animateurs employés par les mairies, et là il y aurait beaucoup à dire.
    Dans mon école, et pas seulement dans la mienne, les accidents, par exemple, se produisent principalement pendant ces heures là; l’écoute de rappeurs comme Bouba (!!) également, et j’en passe ….
    Que les mairies s’engagent à recruter un personnel de qualité pour nos enfants serait un minimum et que les parents électeurs s’emparent de ce problème est primordial.
    Merci

  22. Nishigikire

    Bonjour SOS

    J’ai connu SOS ,il y a quelques trois mois .je me sens très choqué par l’assassinat de Samuel Part ,éducateur des enfants pépinière de la vie mondiale.
    Les propos de l’invitée de Déléguée Générale SOS éducation sont fort enrichissants et instructifs.”enseigner la non violence”Que les raisons de cet assassinat soient élucidées et que justice soit faite.

    En tant qu’enseignant,nous restons , dans ces durs moments,associer à la famille biologique et éducative de Samuel Part.

    Que Dieu vous garde

  23. Joël

    Le plus important c’est toujours comme notre enfance ou adolescence ” communiquer immédiatement à un adulte l’information quand un étranger cherche une personne “

  24. Pierre Anglade

    Que cette dame; avant de jouir en France de la liberté d’expression qui lui est accordée aille s’immerger dans un pays dont LA RELIGION D’ETAT EST L’ISLAM
    LE VERBE toujours LE VERBE jusqu’a quand ?
    Comment aurait elle adapté ses théories aux soixante jeunes kabyles que j’alphabétisais dans les années 1950 ?
    Ils sont maintenant en France plus les mêmes !

  25. JACTEL

    Merci pour ce partage de conseils si importants pour beaucoup de personnes.
    La protection de la petite enfance est si importante, pour que l’enfant puisse se construire en ayant toute confiance dans son entourage.

  26. Rodet

    Epatante cette pédiatre !
    Je suis grand-mère et très proche de mes petit-enfants
    Cela va m’aider car je pense que les grands-parents ont un grand rôle à jouer avec leurs petits-enfants.

  27. Edwige Antier
    Vous êtes une enfant de la guerre, moi aussi (1936). Souvenez-vous que dans le primaire comme dans le secondaire vous n’avez jamais entendu de commentaires sur les religions. On a pu citer le nom de certaines religions sans dire un mot sur leurs idées.
    Dans un pays laïc on ne doit pas parler des sujets en dehors de la laïcité.
    Sans parler de religion Samuel Paty serait encore en vie. L’Educatioh nationale est en tort.
    Chaque citoyen français doit être respecté. Les caricatures humilient les élèves adeptes de la religion qu’on a l’audace de ridiculiser.
    Mes respects
    Michel-Angelbert Legendre