Réouverture des écoles : l’avis des scientifiques

Ce qu’il faut savoir

Réouverture des écoles : l’avis des scientifiques

Chère amie, Cher ami,

Le casse-tête de la réouverture des écoles est réel, entre :

  • L’urgence d’une reprise économique, afin que la crise sociale à venir n’ait pas des conséquences pires que la crise sanitaire actuelle ;
  • L’envie impérieuse pour tous de reprendre une vie « normale » même si elle ne le sera plus vraiment jusqu’à ce que notre connaissance de ce virus soit plus complète, voire qu’un vaccin soit trouvé ;
  • L’inquiétude du corps scientifique et médical d’une seconde vague, post-déconfinement, qui replongerait le pays dans la même situation que début mars ;
  • Les incertitudes sur les effets psychosociologiques de la reprise de l’école dans un contexte d’anxiété accrue pour les élèves, la communauté éducative, les parents et leurs proches.

Demain (Mardi 28 avril) à 15 heures, le Premier ministre présentera à l’Assemblée nationale le plan de déconfinement établi par le gouvernement, dont celui très attendu de la réouverture des écoles. Les députés ont demandé 24 heures de réflexion avant de procéder aux votes.

Depuis la semaine dernière, plusieurs notes et études ont été publiées, venant nourrir la réflexion du gouvernement, des élus locaux et informer les citoyens.

L’Association des Maires de France (AMF) a transmis au gouvernement sa contribution à la préparation du déconfinement, notamment pages 5 à 8 du document, le point intitulé Réussir la réouverture des écoles et des crèches.

« La décision de rouvrir les écoles suscite des réserves, parfois même des refus, parmi les familles, les enseignants comme parmi les maires et les personnels communaux. La mise en oeuvre de cette mesure doit être abordée avec souplesse et pragmatisme et relever plutôt d’un esprit d’expérimentation indispensable avant la rentrée de septembre que d’une volonté de contraindre et d’imposer un dispositif uniforme ».

Vous pouvez retrouver la contribution de l’AMF en cliquant ici.

Le Conseil scientifique, dans sa note remise aux autorités le 24 avril, exprime « être favorable à ce que le principe de volontariat et de non-obligation de la part des familles soit retenu, avec la possibilité d’une poursuite de l’enseignement à distance ».

Ce qui soulève d’évidentes questions d’organisation pour les enseignants qui devront assurer leurs cours à la fois en présentiel et à distance.

Le flux d’information est immense parmi les centaines de travaux de coopération scientifique qui sont en cours dans le monde.

Vous êtes nombreux à conditionner le retour à l’école de vos enfants aux dispositions sanitaires qui seront suivies dans les établissements, lesquelles s’appuient sur les données scientifiques disponibles.

Les personnels de la communauté éducative, qui sont en première ligne, attendent des garanties sur les moyens mis en oeuvre pour assurer la protection de tous.

Or le traitement par certains médias des études et avis scientifiques atteint un tel niveau de simplification et de synthèse que le citoyen qui souhaite être informé risque de passer à côté d’informations qui lui seraient pourtant utiles.

Nous souhaitons partager avec ceux qui n’en auraient pas encore pris connaissance trois sources d’information publiées la semaine dernière à l’échelle de la France.

Elles vous permettront d’avoir une vision assez juste de la position des scientifiques eu égard à la connaissance actuelle qu’ils ont de ce nouveau virus.

Première source d’information – L’étude sérologique d’un lycée de Crépy-en-Valois (Oise) menée par l’Institut Pasteur

Fin mars 2020, 661 personnes reliées à un lycée de Crépy-en-Valois (Oise) ont fait l’objet d’une investigation épidémiologique menée par les chercheurs de l’Institut Pasteur. Il s’agit de la première étude sérologique menée dans un établissement scolaire.

Cette étude révèle que 26 % de la population étudiée a été infectée et possède des anticorps contre ce virus.

Plus précisément, parmi les personnes fréquentant le lycée, 41 % ont été infectées (38 % des lycéens, 43 % des enseignants et 59 % du personnel de l’établissement), alors que parmi leurs proches, le pourcentage est de 11 %.

Il est à noter que le taux d’hospitalisation dans cette population jeune (âge médian de 37 ans) est de 5,3 %, et qu’il n’y a pas eu de décès.

Les chercheurs ont pu estimer le risque de contamination au sein d’un même foyer. Le risque d’être infecté au sein du domicile passait de 9 % à 17 % pour les parents si le lycéen était infecté, et de 3 % à 21 % pour la fratrie si le lycéen était infecté.

Consultez les résultats complets de cette étude sur le site de l’Institut Pasteur en cliquant ici.

Nous vous recommandons de regarder également la vidéo de la conférence de presse du 24 avril de l’Institut Pasteur.

Le Professeur Arnaud Fontanet, directeur du département de santé globale à l’Institut Pasteur, présente les résultats de l’étude de manière détaillée, avec les précautions utiles, et répond aux questions des journalistes, notamment sur la réouverture des écoles.

Cliquez ici pour accéder à la vidéo. (Durée : 52 minutes)

Aperçu vidéo Institut Pasteur

Cliquez sur l’image pour accéder à la vidéo

Deuxième et troisième sources d’information – Les recommandations de l’Académie de Médecine publiées le 23 avril, et la note très attendue du Conseil scientifique rendue publique le 24 avril

En préambule de ses recommandations, le Conseil scientifique rappelle l’étendue des populations rassemblées dans les écoles : 12 875 650 élèves et 870 900 enseignants, auxquels s’ajoute l’ensemble des agents de la communauté éducative (ATSEM, agents d’entretien, surveillants, agents administratifs…).

Le Conseil scientifique et l’Académie de Médecine avaient tous les deux émis un avis défavorable à la réouverture des écoles.

Néanmoins, prenant acte de la décision du président de la République, les deux institutions ont transmis la semaine dernière leurs recommandations respectives pour sa mise en oeuvre.

L’avis du Conseil scientifique était très attendu de tous. En premier lieu par l’exécutif, pour élaborer son plan stratégique de déconfinement. Mais aussi par les syndicats d’enseignants qui en avaient formulé expressément la demande, ainsi que les associations et fédérations de parents d’élèves, et les élus locaux.

Nous avons rassemblé les avis et recommandations des deux institutions dans un tableau afin de les mettre en perspective.

Consultez le tableau complet en cliquant sur l’image ci-dessous :

Aperçu tableau avis et recommandations

 

Comme vous pouvez le constater, votre association est plus que jamais mobilisée à vos côtés !

Suite aux annonces qui seront faites demain par le Premier ministre, nous vous transmettrons une analyse de la situation ainsi qu’un panorama de ce qui se passe dans les autres pays.

Priorité à l’Éducation !

Signature Sophie Audugé

Sophie Audugé,
Déléguée Générale de SOS Éducation

 

P.S. : Pour accéder à l’avis de l’Académie de Médecine, cliquez ici.

Et pour consulter la note du Conseil Scientifique, rendez-vous ici.