Nos victoires récentes

Pour SOS Éducation, la plus grande des victoires c’est la prise de conscience collective de la nécessité d’action pour un meilleur système éducatif dans notre pays.

Grâce à l’action de ses membres et des sympathisants, SOS Éducation est désormais un acteur écouté dans le monde de l’éducation.

Malgré l’inertie du système et l’acharnement des opposants, la mobilisation de l’association permet de remporter des victoires pour une école qui se doit d’être encore plus efficace. 


Mention « Très bien » au Bac… avec 5/20 de moyenne

En 2016 le ministre Vallaud-Belkacem avait tenté de brader le baccalauréat, en offrant la possibilité de les obtenir en gardant les meilleures notes d’une année sur l’autre.

Ce qui voulait dire qu’on aurait pu passer son baccalauréat en 4 ou 5 ans…
… en obtenant une meilleure mention qu’un candidat qui l’aurait eu du premier coup.

D’après le ministre de l’époque, Najat Vallaud Belkacem, qui répondait à l’Assemblée nationale, ce n’était « nullement une dévalorisation du diplôme » mais « bien plutôt une élévation du niveau de formation. » Quel culot !

Quand on regarde le taux d’obtention de la mention « Très Bien », il y a de quoi rire jaune. Il a en effet connu une envolée : on est passé de 0,3 % en 1967 à 10,8 % en 2015. Autrement dit, selon le ministère de l’époque, les élèves seraient devenus 77 fois plus intelligents en 50 ans !

Mais vous vous êtes levé contre cette mesure et, avec tous les membres de SOS Éducation, vous avez agi promptement.

Votre association a alerté le Conseil d’État et déversé des cartons pleins de pétitions qui ont d’ailleurs été remarqués par les médias.

Un an après, le Conseil d’État a censuré partiellement le décret de Najat Vallaud-Belkacem, lui infligeant, selon la presse, « un véritable camouflet » : les mentions ne pourront pas être obtenues en plusieurs années.

Les magistrats ont notamment pointé du doigt une différence de traitement injustifiable pour les élèves ayant obtenu le baccalauréat au rattrapage.

C’est une preuve de plus qu’il est possible de changer les choses, pourvu que nous nous battions, à temps et à contretemps.

Cette victoire est la victoire du mérite contre l’égalitarisme idéologique.

Cette victoire, c’est la vôtre.


« Pas de moyen de sélection plus stupide »

La deuxième victoire, la plus récente et tout aussi éclatante, vous l’avez remportée sur l’absurde circulaire du même ministre, déployant le tirage au sort pour entrer en université.

Elle avait glissé cette circulaire en catimini, le 24 avril 2017, en plein entre-deux tours de l’élection présidentielle, juste avant de partir. Son secrétaire d’État, Thierry MANDON, avait pourtant dit quelques mois plus tôt qu’il « n’existait pas de moyen de sélection plus stupide ».

Dès que vous l’avez su, vous vous y êtes opposé de toutes vos forces : SOS Éducation a tout de suite appelé son avocat pour déposer un recours au Conseil d’État, porté par un tsunami de pétitions.

Qui d’autre l’aurait fait ?

Et quelques jours avant Noël, au terme d’une longue procédure, nous avons pu savourer notre victoire définitive !

La circulaire Najat-Vallaud Belkacem a été enterrée par le Conseil d’État.

RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://soseducation.org/nosvictoires">
YouTube