Communiqué de presse

École : les Français veulent un retour aux fondamentaux

École : les Français veulent un retour aux fondamentaux

Une enquête Ifop-Fiducial pour Public Sénat et Sud Radio publiée aujourd’hui montre les véritables attentes des Français en matière d’éducation.

L’accent est mis sur la transmission des fondamentaux (lire, écrire, compter). 65% des Français attendent avant tout que l’école transmette ces savoirs. Ils n’étaient que 58% en 2014.

Logiquement, cela se traduit par l’exigence d’un retour aux enseignements disciplinaires : c’est même la priorité qu’ils fixent pour la réforme de l’École (25%) devant la lutte contre l’échec et le décrochage scolaires (23%).

Face à ces demandes, l’enquête révèle une forte inquiétude des Français. Seuls 36% d’entre eux considèrent que l’École parvient à apprendre aux élèves les fondamentaux. Seuls 10% estiment que l’École donne aux enfants l’envie d’apprendre. Ils sont même 38% à considérer que l’École inspire le dégoût des études.

Pour 69% des Français –  soit plus des deux tiers – l’École fonctionne mal, voire très mal.

La maternelle satisfait 82% des Français. Mais ils ne sont plus que 53% à avoir une bonne opinion du primaire. La défiance s’aggrave à partir du collège : 74% des sondés en sont donc mécontents.

Seuls 13% des Français pensent que l’ascenseur social marche mieux grâce à l’École. L’investissement sans cesse croissant de moyens dans le système éducatif n’est donc pas perçu comme permettant d’améliorer les chances des plus défavorisés.

Certaines propositions des candidats à la présidentielle sont plébiscitées :

Le retour des devoirs à la maison, du soutien scolaire ou des études encadrées présents dans les programmes de François Fillon, de Benoît Hamon ou d’Emmanuel Macron est approuvé par 89% des Français qui pensent que le fait de travailler davantage sur les fondamentaux de manière individualisée sera profitable aux élèves.

L’autonomie dans la gestion des rythmes scolaires, la diversification des parcours au niveau du collège et l’autonomie des établissements dans leur projet pédagogique et dans le recrutement des professeurs recueille l’assentiment de 75% des Français, tous électorats confondus.

Cette demande de plus grande flexibilité du système scolaire s’exprime aussi dans le fait que 68% des sondés sont favorables à la suppression de la carte scolaire, de plus en plus perçue comme accentuant les inégalités puisqu’elle cantonne les familles qui ne peuvent s’acquitter d’un loyer élevé à des établissements ghettoïsés.

Autres points de consensus : l’augmentation nécessaire des salaires des professeurs et la restauration de leur autorité. 67% des Français considèrent qu’il faut mieux payer les enseignants, et 64% demandent plébiscitent le port par les élèves de l’uniforme.

Écoutez notre délégué général Jean Paul Mongin présenter l’enquête sur Sud Radio.