Un professeur de collège en ZEP face à l'illettrisme de ses élèves

Communiqué du 6 février 2012

Un professeur de collège en ZEP face à l’illettrisme de ses élèves

L’illettrisme n’est pas une fatalité mais quand vous exercez en ZEP mieux vaut ne pas avoir peur de retrousser vos manches si vous voulez voir vos élèves progresser.

Marc-Oliver Sephiha exerce depuis cinq ans comme professeur de français dans un collège classé en zone prévention violence, nouvelle appellation des ZEP. Avant, il a fait du théâtre pendant dix ans.

Cela tombe bien parce que réapprendre le son des lettres, comme on le fait au CP, à des enfants qui n’ont plus 6 ans mais entre 11 et 17 ans, n’est pas une mince affaire.

Marc-Olivier Sephiha exposera ce qu’il a découvert, à l’occasion du colloque « Vaincre l’illettrisme, ça commence au CP », qui se tiendra ce mercredi 8 février à Paris.
Il a mis notamment au point une dictée comportant tous les sons de la langue française. Il la donne à tous ses élèves la première semaine de septembre.

La conclusion est sans appel : 95 % font des fautes de sons.

  • Ils confondent le « ge »et le « che »
  • Ils n’arrivent pas écrire une phrase simple « il rentra dans l’eau devient « I rente doum »
  • Ils n’ont aucune idée de la façon dont se composent les mots, même les plus courants ; « paysage »devient « pays zage ».

Il viendra parler des copies des élèves qu’il faut lire à voix haute pour pouvoir les comprendre. Mais, il viendra surtout exposer comment l’on peut sortir tous ces élèves de l’impasse, même ceux qui évoluent dans des milieux extrêmement défavorisés.

Marc-Olivier Sephiha est aussi le porte-parole du collectif Permis de lire. Il fait partie de ces professeurs qui soulèvent et qui donnent envie de soulever des montagnes.