Sortir l’école primaire de l’impasse

Communiqué du 11 mars 2013

Sortir l’école primaire de l’impasse

À l’heure de la refondation, notre école primaire souffre de ses mauvais résultats en lecture et en écriture. Les professeurs de collège le savent bien.

« Beaucoup trop d’enfants n’arrivent pas à apprendre à lire et à écrire grâce à l’école ; 40% des élèves entrent en sixième sans maîtriser suffisamment la lecture et l’écriture pour suivre une scolarité normale », rappelle Olivia Millioz, porte-parole de SOS Éducation.

L’Angleterre où le taux d’illettrisme des très jeunes était identique à celui de la France, a réagi.

Elle a revu de fond en comble les méthodes d’enseignement à l’école primaire.

L’Angleterre était 11e au dernier classement international des écoliers de 10 ans (PIRLS), la France occupe la 29e place, elle a encore reculé de six places en six ans et surtout,elle est aujourd’hui en-dessous de la moyenne européenne.

« Il faut bien se rendre compte qu’on accepte de condamner des enfants à l’échec dès 7 ans ! C’est comme ça dans notre système scolaire » souligne la porte-parole de l’association.

Pour les membres de SOS Éducation, la loi sur l’école en discussion au Parlement doit être l’occasion de résoudre les problèmes en abordant les contenus, ce que la loi évite pour le moment.