Le choc PISA, c'est maintenant

Communiqué du 3 décembre 2013

Le choc PISA, c’est maintenant

Tous les trois ans, la France est affligée par ses mauvais résultats dans le classement PISA et aucune décision d’envergure n’est prise.

Et si le changement, c’était vraiment maintenant.

C’est ce que demandent les sympathisants de l’association SOS Éducation qui ont participé à une action inédite : « PISA, NON à l’échec scolaire ».
nonalechecscolaire.soseducation.org

Plus de 8000 sympathisants de l’association ont écrit en l’espace de 3 jours à leur député pour lui demander de tout miser sur la qualité dans nos écoles.

« Cette mobilisation est inédite. L’enjeu est énorme. Il faut que toutes les écoles deviennent de bonnes écoles où on a envie de mettre ses enfants », souligne Olivia Millioz, porte-parole de l’association, « car c’est bien là le problème, si l’on veut améliorer nos résultats dans PISA, il va falloir tirer toutes les écoles vers le haut et n’en laisser aucune sur le carreau.”

En 2000, la France était 14e en compréhension de la lecture dans le classement international PISA. Elle était 17e en 2003 et en 2006, 22e en 2009, et elle se retrouve encore plus bas aujourd’hui. Pour SOS Éducation, il est urgent d’agir.

« Tous les trois ans, avec la publication des résultats PISA, nous connaissons les résultats de notre système scolaire. Et dans l’intervalle, rien. Rien sur la qualité de nos écoles maternelles, rien sur la qualité de nos écoles élémentaires, etc. C’est pourtant là, que tout se joue » reprend la porte-parole de l’association.

Connaître quelles sont les écoles les moins performantes et les aider dans la mise en place de solutions efficaces, est une nécessité absolue pour l’association, si l’on veut que nos jeunes de 15 ans s’en sortent aussi bien que les jeunes coréens, finlandais ou chinois.