L’École publique est en danger :
aidez-nous la sauver

L’École publique a pour mission :

de mener votre enfant à un métier épanouissant
de lui donner les outils nécessaires pour vivre pleinement libre dans un monde complexe et changeant
de lui permettre d’avoir une situation aussi bonne que la vôtre, voire meilleure, même si vous n’avez pas les moyens de les envoyer dans des établissements hors de prix…

… et bien je suis navrée de vous le dire, mais cette École n’existe plus aujourd’hui en France : des idéologues ont cassé l’ascenseur social !

Vouloir le meilleur avenir pour ses enfants et ses petits-enfants, c’est bien naturel. On leur souhaite de pouvoir profiter de la vie, de s’installer confortablement, d’être heureux dans leur travail et de fonder une famille… Au moins autant que nous avons pu le faire.

C’est pour cela qu’on les encourage à aller à l’école, à faire les meilleures études, pour qu’ils puissent même aller plus loin que nous.

Sauf que, si vous voulez une bonne situation pour votre fils, votre fille ou vos petits-enfants, ne comptez pas sur l’École : des idéologues ont cassé l’ascenseur social.

Pire : que vous soyez ouvrier, cadre ou de profession intellectuelle supérieure, votre enfant sera exposé au « déclassement social ».

Autrement dit : le risque est grand que votre enfant n’atteigne jamais votre niveau social actuel

Tout cela parce que l’École ne joue plus son rôle, parce qu’on l’a soigneusement détournée de son objectif.

D’ailleurs, l’élève est le premier à le sentir, et les conséquences peuvent déjà peser bien avant la fin de la scolarité, s’il développe une phobie scolaire :

  • la confiance du jeune s’effondre, son humeur peut être affectée et accuser des changements brutaux sans raison apparente ;
  • son sommeil est troublé (cauchemars, insomnies, tensions nocturnes…) ;
  • il a peur d’aller à l’école, parfois jusqu’à en vomir
  • il accumule les retards en cours ou les absences inexpliquées…

Ces pathologies se répandent de plus en plus. Et une fois qu’il sera sur le marché du travail :

  • il aura beaucoup de mal à se situer socialement, se sentira perpétuellement décalé…
  • il subira des troubles du comportements (phobies, obsessions…)
  • … avec toutes les conséquences néfastes qu’on peut imaginer au niveau familial (tensions, conflits…)
  • ou il aura recours à des substances pour surmonter ses angoisses, pour se donner du courage (tabac, cannabis, alcool, médicaments…).

Ces manifestations de souffrance n’arrivent jamais du jour au lendemain. La dépression avance masquée.

Alors, si vous comptiez sur l’ascenseur social de l’École pour votre enfant, cherchez ailleurs.
En effet, pendant les 50 dernières années, des idéologues au pouvoir ont soigneusement en coupé les câbles.

Cliquez ici pour soutenir SOS Éducation

Comment ils ont cassé l’ascenseur social

En défendant leur place, des pédagogues aux idées très arrêtées ont promu des méthodes néfastes, qui empêchent une très grande partie des élèves d’apprendre correctement à lire, écrire, compter, réfléchir :


Méthode de lecture globale ou semi-globale qui apprennent à l’élève à deviner au lieu de déchiffrer et qui remplissent les cabinets d’orthophonistes


Temps scolaire épuisant, surchargé avec des sujets inutiles alors qu’il a été délesté d’heures indispensables de français et de mathématiques


Programmes d’histoire confus, marqués politiquement

et j’en passe.

Bien sûr, à SOS Éducation, nous savons que nous pouvons changer les choses, et nous y travaillons jour après jour… mais le désastre a beaucoup d’avance.

On n’aime pas la voir, c’est la dure réalité : selon J.-H. Lorenzi, professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine, au cours des années 2000, parmi les 35-39 ans, 1 sur 4 a régressé socialement.

Avec l’échec de l’École, le “sous-prolétariat”, la précarité et le chômage d’exclusion progressent comme la gangrène.

Et quand on a été éduqué dans une certaine aisance propre aux classes moyennes ou supérieures, la chute est d’autant plus douloureuse.

Hier, c’était l’inverse : quand il les envoyait à l’école, un ouvrier pouvait raisonnablement espérer un meilleur avenir pour ses enfants. Dans les années 90, plus de ¾ des cadres venait d’une famille ouvrière !

Comment cet effondrement catastrophique a-t-il été possible ?

C’est malheureusement très simple : à cause de quelques pédagogistes forcenés à sa tête, notre système scolaire n’est aujourd’hui plus capable d’enseigner les savoirs fondamentaux à tous les élèves : la lecture, l’écriture, l’arithmétique…

Au collège, 20% des élèves n’arrivent pas à déchiffrer les énoncés simples !

150 000 jeunes partent chaque année du système scolaire sans aucun diplôme (200 000 si on compte ceux qui n’ont que le brevet des collèges…).

Le plus scandaleux, c’est que les responsables politiques, eux, ne se gênent pas pour envoyer leurs enfants dans des écoles privilégiées. Ils les préservent des méthodes hasardeuses ou expérimentales.

Les enfants y apprennent la vertu de l’effort, sont évalués selon leur mérite…

Ce qu’ils exigent pour leurs enfants, ils le refusent pour le reste du pays !

C’est pour combattre cette injustice énorme que SOS Éducation existe. Et c’est pour la vaincre que j’ai besoin de vous, à mes côtés, à SOS Éducation.

Cliquez ici pour soutenir SOS Éducation

 

Aidez-nous à sauver l’École !

SOS Éducation est la première association de France indépendante, entièrement financée par ses 60 000 parents et professeurs, à se battre pour une école publique qui donne aux élèves le bagage indispensable pour être citoyen libre.

  • Savoir lire, écrire, compter, réfléchir.
  • Qu’ils aient les moyens de choisir leur orientation pour trouver un métier épanouissant.
  • Que leurs professeurs puissent enseigner dans des circonstances favorables, qu’ils soient correctement formés aux meilleures méthodes.
  • Que les équipes pédagogiques soient soutenues par leur hiérarchie et protégées de la pression idéologique.

En faisant un don aujourd’hui, vous participerez à :

Lancer régulièrement de grandes pétitions nationales pour informer le grand public et faire pression sur les décideurs. Notre équipe de permanent est aguerrie : nous savons où et quand taper. Les membres de SOS Éducation apportent la puissance de frappe et se mobilisent avec courage. Beaucoup les photocopient même pour pouvoir faire signer des proches ! Nous allons les déverser sur les bureaux des responsables qui constatent combien les membres de SOS Éducation n’ont pas leur langue dans leur poche. Parfois, nous les invitons aussi à contacter directement leur député : l’impact est d’autant plus fort car les députés sont parfois élus à quelques voix près !

Dépôt de pétition à l'Assemblée nationale

Atelier de SOS avec Maureen Dor

Atelier de SOS avec Joseph Vaillé

Étudier les différentes méthodes d’enseignement, repérer les meilleurs usages dans les classes grâce à tous les retours de professeurs que nous récoltons et aux analyses d’experts.

Informer les parlementaires avec des données de terrain et des études chiffrées pour qu’ils osent s’emparer des problèmes de l’école. En effet, nous organisons également des cycles de conférences autour de philosophes, pour réfléchir sur les questions d’éducation. Elles sont très appréciées par les députés, car c’est une nourriture intellectuelle qu’ils n’ont souvent pas le temps de goûter. Et ça porte ses fruits ! Par exemple, en 2015, notre proposition de loi pour un test de déchiffrage en lecture a été signée par 40 députés.

Conférence philosophie avec François-Xavier Bellamy

SOS Education interroge les candidats à la primaire

Influencer les partis politiques : nos rendez-vous incessants ont permis d’influencer très nettement plusieurs programmes en vue des élections présidentielles 2017. Par exemple sur l’installation d’un référent lecture dans les écoles, chargé de coordonner et soutenir l’apprentissage de la lecture. Ou encore : instituer des méthodes pour favoriser le vocabulaire en maternelle.

Et bien d’autres choses encore dont nous faisons part dans les bulletins réguliers aux membres.

Nous avons pour cela recruté une équipe de 10 salariés chevronnés, très militants et aux compétences pluridisciplinaires : communication institutionnelle, réseaux sociaux, conception et réalisation de sites web, graphistes, coordination d’équipe…

Nos bureaux sont proches du ministère, de l’Assemblée, du Sénat… et nous permettent des actions coup de poing réactives et des rencontres régulières sur le long terme.

Chaque semaine, nous accueillons dans notre salle de réunion des dizaines de professeurs qui viennent de toute la France pour des ateliers pratiques gratuits, animés par des spécialistes, dans tous les domaines de l’éducation. Les ateliers sont souvent trop pleins car les professeurs y trouvent des intervenants passionnants et un lieu de liberté pour échanger sur leurs pratiques. Ces mêmes professeurs retournent dans leur classe, motivés et plein d’idées nouvelles.

Le courage ne manque pas : depuis 2001, nous affrontons les tempêtes ministérielles, les folies pédagogistes et l’inertie du système éducatif ; nous nous déployons dans la France entière, nous influençons les politiques et peu à peu, nos idées imprègnent les discours. tous ces efforts vont devoir être démultipliés cette année et l’année prochaine, avec les élections présidentielles.

Car la tâche est gigantesque !

Cliquez ici pour soutenir SOS Éducation

 

Devenez Marraine ou Parrain de SOS Éducation

C’est pourquoi nous avons absolument besoin de vous : votre don est VITAL pour l’association qui refuse toute subvention de l’État pour rester libre.

Donner
Vous pouvez faire un don selon vos possibilités : 25, 50, 100 €, ou même plus si vous le pouvez. Il vous suffit de remplir le formulaire pour que nous puissions vous envoyer votre reçu fiscal. Vous participerez au financement des opérations les plus urgentes.
 

Je donne »

Parrainer
Vous pouvez aussi vous engager à donner des sommes plus petites, mais régulièrement, dans le Parrainage : sachez que les effets en sont décuplés. Car non seulement vous financez les opérations présentes, mais vous nous aidez à préparer avec sérénité l’avenir de nos enfants et de nos petits-enfants. 

Je parraine »

Je me permets d’insister : pour nous, le Parrainage a une valeur bien supérieure même par rapport à un don unique plus élevé. En effet par votre engagement, vous nous offrez une vue dégagée sur les opérations futures : votre fidélité est un soutien incomparable.

En devenant Parrain ou Marraine de SOS Éducation vous nous insufflez une énergie incroyable en nous libérant de l’inquiétude du lendemain, et en nous permettant de nous concentrer entièrement sur la stratégie et les opérations pour relever l’École.

Pour ce faire, vous avez la possibilité de remplir une autorisation de prélèvement bancaire (SEPA) en cliquant sur le lien ci-dessous. Il vous suffit de remplir les champs et de nous la renvoyer signée, soit par la Poste, soit scannée par email à SOS Éducation.

Cliquez ici pour soutenir SOS Éducation

 

Sécurité et flexibilité grâce à votre banque

De votre côté, la nouvelle norme européenne de don par paiement SEPA vous garantit une sécurité supplémentaire par votre banque.

Vous pouvez arrêter votre Parrainage à tout moment et même demander le remboursement de votre dernier don directement à votre banque sans même passer par nous (jusqu’à 8 semaines).

Alors agissez dès maintenant en faisant un don unique, ou mieux encore, en devenant Parrain ou Marraine de SOS Éducation, pour offrir à tous les élèves d’aujourd’hui et de demain la nourriture intellectuelle qui leur permettra de s’épanouir dans leurs études et leur métier.

Votre fidélité est le sang qui irrigue nos actions : aidez-nous à relever l’École !

Merci infiniment de votre générosité.

Cliquez ici pour soutenir SOS Éducation

Claire Polin
Claire Polin,
Présidente de SOS Éducation


© SOS ÉducationNous contacterMentions légales

Formulaire de contact

Pour nous joindre, remplissez le formulaire ci-dessous.
Veillez à bien choisir le sujet afin que votre message puisse être traité plus rapidement.
Tous sont lus, sans exception. Nous recevons parfois des milliers de messages en quelques jours, et certains sont plus urgents.
Merci de votre patience.
 
Civilité :
*Nom :
*Prénom :
*Email :
Sujet :
Votre message :
*obligatoire

Mentions légales

Éditeur du site

Le site soseducation.org est la propriété de l’association SOS Éducation.
Siège social : 120 boulevard Raspail, 75006 Paris – France
N° SIRET : 441 199 627 00049

Hébergeur du site

Société : OVH
Siège social : 2 rue kellermann BP 80157 59053 ROUBAIX CEDEX 1 – France
SAS au capital de : 10 059 500,00 €
RCS Lille métropôle : 424 761 419 00045
N°TVA FR : FR22424761419
Téléphone : +33 9 72 10 10 07
Email : oles@ovh.net
Site web : www.ovh.com

Politique de protection des données personnelles

Le présent site et le traitement des données à caractère personnel sont en conformité avec les règles en vigueur.
Pour la France, ils ont fait l’objet d’une déclaration auprès de la CNIL. En conformité avec l’article 3 de la loi « Informatique et Libertés » du 6 Janvier 1978, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données personnelles qui vous concernent. Vous pouvez exercer ce droit par simple demande par email ou par courrier.