Handicap à l’école : coup de colère !

Handicap à l’école : coup de colère !

Handicap à l’école : coup de colère !

Jeudi dernier à l’Assemblée nationale, le député Ruffin (Les Insoumis) eu un coup de sang.

Il a crié au scandale face au mépris de ses confrères qui ont refusé en bloc une proposition de loi pour améliorer l’accueil des handicapés à l’école.

Le député Ruffin a même dénoncé sur Twitter, photos à l’appui, les votants qui ont enterré le débat.

Pour une fois, je dois bien avouer être un peu d’accord avec lui.

L’école inclusive — permettant l’accueil des handicapés dans un cadre d’école normal — est une heureuse promesse du président Macron. L’école républicaine doit s’ouvrir à tous les citoyens, autant qu’il est possible.

En 2005, la loi avait fait un premier pas, sur le papier.

Mais sur le terrain, tout reste à mettre en œuvre… 13 ans après, il serait temps !

  • D’accord, les administrations font des efforts depuis quelques mois pour se coordonner, afin que l’Education nationale soit au courant un peu avant des élèves handicapés qui vont arriver dans les classes.
  • D’accord, 38 ULIS supplémentaires ont été créées (ajoutées au 40 déjà en place), pour ceux qui ne peuvent pas aller en classe ordinaire.
  • D’accord, 12 000 accompagnants seront recrutés en 2019.
  • D’accord, ils bénéficient enfin depuis juillet de 60 h de formation…

Mais le problème majeur demeure, car on part de très loin.

Les AESH (Accompagnant d’élève en situation de handicap) sont en effet trop peu formés, avec une rémunération au lance-pierre, en deçà du seuil de pauvreté, devant faire leurs preuves pendant 6 longues années avant d’espérer être embauchés en CDI. Ils ne peuvent pas faire de temps plein.

Déplacés comme des pions, on les arrache à ces enfants avec qui ils nouent pourtant des relations précieuses.

Pire : ils ne sont pas sollicités par les centres de soins pour le suivi des élèves, alors qu’ils sont au plus proche : ils finissent par bien connaître les capacités de leurs élèves, leur mode de fonctionnement…

Des mesures ont déjà été annoncées.
Une consultation a été lancée en septembre auprès du Conseil national consultatif des personnes handicapées (CNCPH)…
Rome ne s’est pas faite en un jour, peut-être…

Mais rien de sérieux n’est communiqué.

Pour un gouvernement où la communication semble une priorité, c’est inquiétant.
Alors, quand les députés de la majorité ont botté en touche sur cette question, tuant dans l’oeuf le débat, il y avait de quoi se mettre en colère.

Partagez sur les réseaux :
RSS
Follow by Email
Facebook
Google+
http://soseducation.org/blog/handicap-a-lecole-coup-de-colere">
YouTube