Transparence : des chiffres qui dérangent...

Transparence : des chiffres qui dérangent…

Voici ce que 9 parents d’élèves sur 10 demandent à l’École : plus de transparence et de responsabilisation face à la violence en milieu scolaire !

À noter, il ne s’agit pas de l’opinion des sympathisants ou des membres de SOS Éducation. Ni d’un rapide sondage suite à l’accumulation des faits divers qui ont envahi les médias depuis la rentrée scolaire…

Ces chiffres impressionnants sont issus du baromètre national sur l’école, réalisé pour SOS Éducation par l’IFOP fin août auprès de parents d’élèves. Il intègre aussi l’opinion d’enseignants qui sont également parents d’élèves, trop souvent oubliés.

1 013 parents d’enfants scolarisés en primaire et dans le secondaire (échantillon représentatif de la population française) ont répondu à ce 1er baromètre indépendant qui met en avant l’avis du grand public.

Voici les chiffres sur la transparence :

91% des parents d’élèves sont pour “garantir la transparence sur les faits de violence commis dans chaque établissement scolaire”.

faits de violence

90% des parents d’élèves sont pour “rétablir l’indicateur de mesure de la violence scolaire dans chaque établissement”.

indicateur de mesure

Il est utile de rappeler qu’un système au sein de l’Éducation nationale, nommé SIGNA, permettait d’obtenir les statistiques de faits de violence pour chaque établissement scolaire.

Les derniers chiffres connus ?

82 000 actes de violence grave dans les 7 800 collèges et lycées de France, soit plus de dix en moyenne par établissement et par an. Et c’était il y a 13 ans…

SIGNA a été abandonné en 2006, remplacé par le système SIVIS qui est diffusé publiquement mais donne une vision globale sur une partie des établissements seulement.

Sans indicateur fiable, difficile de suivre les évolutions locales ! C’est pourtant nécessaire pour évaluer l’efficacité des mesures prises afin d’endiguer la violence en milieu scolaire.

Voici maintenant les chiffres sur la responsabilisation :

90% des parents d’élèves sont pour “responsabiliser financièrement les parents et imposer des travaux d’intérêt général aux élèves qui ont commis des dégradations dans un établissement scolaire”.

sanctions violence

Ces résultats, tous extraits de notre baromètre 2019 IFOP-SOS Éducation publié la semaine passée, ont été transmis aux médias. Mais ils ont pour l’instant été peu relayés.

Ces chiffres dérangent-ils ? Certainement et c’est vraiment dommage. Connaître l’opinion de ceux qui sont directement concernés par l’école, n’est-ce pas la base d’une prise en compte réelle des attentes de nos concitoyens ?

N’est-ce pas ce qui permet de porter des réformes utiles pour l’école, soutenues par les parents d’élèves eux-mêmes ? 9 sur 10 sont favorables ou très favorables à ces mesures.

N’est-ce pas la base de la confiance ? Les parents confient leurs enfants à l’institution. Rappelons ici le nom de la loi votée en début d’année : « Pour une école de la confiance… »

Ce baromètre est très éclairant mais dense. Nous avons donc choisi de le partager directement avec vous, en fractionnant les principaux résultats sur plusieurs articles.

Votre mission ?

Nous aider à diffuser l’information à un maximum de personnes !

Partagez cette lettre sur les réseaux sociaux, par exemple sur Facebook en cliquant ici, ou bien en cliquant sur les images ci-dessous.

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de